En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Le projet urbain du Centre-ville

Désiré Colombe, un projet ambitieux pour le centre-ville

Le projet d’aménagement du site Désiré Colombe va permettre la réhabilitation et la valorisation d’ensemble patrimoniaux emblématiques. Les études conduites en lien avec la Direction du patrimoine et de l’archéologie de la Ville aboutissent aujourd’hui à un projet équilibré entre la préservation du patrimoine et le développement du programme.

Désiré Colombe, un site à enjeux multiples

Le site Désiré Colombe est composé de bâtiments qui ont marqué l’histoire et la mémoire nantaise.
 
  • L'institut Livet : Les deux corps de bâtiments ont été construits pour l’école nationale professionnelle Livet dans les années 1870 rue Désiré Colombe. Cette dernière a déménagé en 1910 vers le quartier Saint-Donatien. 
  • La Bourse du travail : A l’angle des rues Arsène Leloup et Désiré Colombe, l’immeuble Bourse du travail a été construit en 1921. Il fut occupé par les organisations syndicales jusqu’en 2001, année de l’ouverture de la Maison des syndicats sur l’Ile de Nantes. 
  • La Mutualité : Elle occupe la partie haute du site dont un petit pavillon édifié dans les années 1920 dans un style néo classique. Le pavillon des Mutuelles donnant sur la cour intérieure va être conservé et réhabilité pour un programme à définir.
  • Les salons Mauduit : Datant de 1905, ces salons ont été le lieu de moments forts de la vie nantaise : meetings, bals, banquets, etc. La partie ancienne des salons Mauduit est fermée depuis 2002 en raison de la fragilité de la charpente. En 2003, un programme global de restructuration des salons a été envisagé pour développer leur vocation festive et culturelle avec des aménagements et équipements scéniques conséquents. Cette opération a été suspendue fin 2005. Le projet est aujourd’hui revisité au regard des nouveaux enjeux et projets sur le secteur. 
     

Un patrimoine historique et social restauré pour une nouvelle vie 

Aujourd’hui, la Ville de Nantes souhaite un projet d’ensemble pour ces ilots et confie à la Société publique locale d’aménagement Nantes Métropole Aménagement Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, la réalisation d’une étude urbaine englobant l’ensemble des ilots. 
Ce projet ambitieux se traduit par les éléments de programmation suivants :
  • Environ 120 logements dont 35% de logements locatifs sociaux et abordables
  • La création d'un parking souterrain de 221 places
  • Un pôle associatif de 4500 m²
  • Un multi accueil petite enfance de 60 places
  • Un espace dédié à l'équipe du Service des espaces verts et environnement du centre ville
  • Un aménagement du jardin Say en parc urbain
 

Les salons Mauduit

La Ville de Nantes souhaite conserver ce lieu chargé d’histoire, il a donc été décidé de reconstituer le grand salon Mauduit et sa galerie à l’identique. La restructuration des salons passe par une démolition - reconstruction. Afin d’optimiser l’usage du salon Mauduit en lien avec le pôle associatif, il est déplacé vers le pôle associatif, au niveau de la cour de la Bourse. Le grand salon Mauduit reconstitué à l’identique avec son décor art déco, sa galerie permettra l’organisation d’événements festifs et associatifs. L’Arche de Noë signée Pierre Dunand et le buste de Mauduit sculpté par Jacques Raoult seront intégrés dans le nouveau pôle.
 
C’est dans un simple hangar que les salons Mauduit ont été créés en 1905. Les Nantais s’y retrouvaient pour s’adonner au patin à roulettes ou pour des réceptions diverses. Dans les années 30, une transformation remarquable de l’espace intérieur a été réalisée avec la mise en place de décors style Art Déco encore visibles aujourd’hui.
Au cours de son histoire, la structure industrielle a fait l’objet d’ajout de charges permanentes et s’est détériorée. En 2002, des études techniques visant à renforcer l’acoustique des lieux décèlent la fragilité de la charpente : finesse des sections des profilés, fortes déformations des éléments métalliques, corrosion, etc. Un arrêté de fermeture de la partie ancienne est pris par le maire de Nantes au titre de la sécurité publique. L'ensemble des experts consultés conclut que l’état et la structuration de la charpente rendent impossible toute restauration sur place : « il est inconcevable de conserver l’enveloppe du bâtiment ». Restaurer le salon Mauduit nécessite la réalisation d’une nouvelle structure. L’intérêt patrimonial du salon Mauduit repose sur la qualité de ses décors intérieurs, qui ont été protégés et retrouveront place dans le nouveau salon.
 
La nécessaire protection des décors
Des déformations évolutives importantes menaçaient le bâtiment. Les hommes de l'art dont M. Lafond, expert auprès du tribunal, ont été unanimes : « il est urgent d’effectuer dès à présent la dépose des éléments représentant un intérêt patrimonial avant que survienne la ruine incontrôlée de ce bâtiment ».

Les décors déposés et protégés
Dans un premier temps, architectes, experts en staffs, compagnons plâtrier staffeur stucateur du devoir, peintres décorateurs du patrimoine ont travaillé conjointement sur la méthodologie de protection des décors. La mission délicate de dépose a été conduite avec soin par les compagnons des entreprises Pinard et MGP. Chaque élément de décor a été soigneusement déposé, référencé puis entreposé avec protections dans une caisse numérotée. Les décors de Mauduit (l’Arche de Noé, les bas-reliefs mythologiques de staff, les rampes de fer forgé, les luminaires et le buste de Mauduit) sont aujourd’hui en lieu. Des mosaïques anciennes existaient dans un troisième salon mais ont disparu de longue date.

Les décors de l’ancien salon se retrouveront dans le nouveau salon
Les bas-reliefs, les luminaires et les ferronneries retrouveront place, dans une configuration similaire à l’existant, dans le nouveau salon Mauduit et sa galerie. Le laque et le buste de Mauduit s’intégreront dans le « Hall de l’Arche » qui donnera accès au salon Mauduit. Les éléments de décor art déco de ce lieu fermé depuis 2002 seront ainsi à nouveau visibles et le salon Mauduit retrouvera une activité adaptée aux usages actuels. Il permettra l’accueil de conférences, d’expositions, de spectacles, de thés dansants en maitrisant l’acoustique.

Le salon Mauduit s’ouvrira sur une cour pavée
Cet espace sera de niveau avec la rue Arsène Leloup et accessible de plain-pied par tous depuis la cour du pôle associatif. L’actuelle cour Livet constituera sa toiture. Autrefois, le salon Mauduit s’ouvrait sur un parking recouvert d’enrobé ; à l’avenir, il s’ouvrira sur une cour pavée et végétalisée.

L’Arche de Noé
Les différents historiens qui ont écrit sur les salons Mauduit l’ont attribué à Jean Dunand, artiste de renom de la période art déco. Toutefois, le laque de « l’Arche de Noé » est une œuvre signée de Pierre Dunand (second fils de Jean) qui date des années 1945-1950, comme nous l’a indiqué Jean-Paul Dunand, petit-fils de Jean.
 

Un pôle associatif de centre ville de rayonnement métropolitain

L’immeuble Bourse du travail encadrant les rues Arsène Leloup et Désiré Colombe et le bâtiment de l’ancien institut Livet donnant sur la rue Désiré Colombe vont être réhabilités pour l’accueil d’un pôle associatif d’une trentaine d’associations. 

  • De nouveaux espaces adaptés pour les associations 
De par son programme et les associations accueillies, ce nouveau pôle aura un rayonnement culturel et social d’échelle métropolitaine. Avec près de 4 000 m² SHON, il constituera le pôle le plus important sur la ville de Nantes. Les immeubles Bourse et Livet réhabilités vont accueillir ce pôle associatif, le premier en centre ville de cette importance.
 
  • Une trentaine d’associations au total
Ce nouveau pôle va offrir en centre ville des locaux adaptés et confortables aux associations nantaises. Il permettra de mutualiser les espaces comme les salles de réunion et de créer de nouvelles synergies. Il permettra l’accueil d’une trentaine d’associations nantaises dont des associations de quartier telles que l’Amicale Laïque André Lermitte. Il hébergera les associations situées à Auvours tel qu’Adavi et l’association Ti Keltiek logée à Harhouys. Ces associations sont actuellement dans des locaux vétustes qui nécessiteraient une réhabilitation lourde et onéreuse. Les associations déjà présentes sur le site telles que FNATH et Corto Loisirs vont être relogées au sein du pôle dans de meilleures conditions.
 
  • Le grand salon Mauduit intégré dans ce pôle associatif 
D’une capacité de l’ordre de 300 à 400 personnes, il accueillera conférences, événements associatifs et institutionnels, fêtes de quartier, bals … Le projet global devra permettre une gestion apaisée des différents usages. Une acoustique très performante de la salle Mauduit sera réalisée.
 

Un multi accueil petite enfance en centre ville

Compte tenu de la forte demande en places de crèche sur le secteur centre ville, il a été décidé d’implanter sur ce site un multi accueil petite enfance d’une soixantaine de places. D’une surface d’environ 600 m², il viendra en rez-de-chaussée des nouveaux immeubles de logements et s’ouvrira sur l’espace public. Un jardin d’environ 200 m² sera dédié aux enfants. La proximité des écoles avoisinantes facilitera la dépose des enfants pour les parents riverains et le parc Say constituera un cadre agréable et un espace de jeux pour les enfants accueillis.
 

120 nouveaux logements en centre-ville 

La centralité du quartier, la qualité des espaces verts environnants et la proximité des équipements sont des atouts indéniables pour les futurs logements. Le projet prévoit la réalisation d’environ 120 logements en centre-ville, avec des typologies diversifiées pour l’accueil des différentes générations et une mixité sociale avec un minimum de 35% de locatif social et abordable. La densité urbaine s’accompagnera d’une attention particulière à la qualité des volumes à habiter : terrasses, balcons, évolutivité des espaces, et au bioclimatisme, principe de conception source d’économie d’énergie. 
 

221 places de parking souterrain

L’opération prévoit la réalisation d’un parking souterrain privé et public de 221 places dont une soixantaine de places pour l’équipement pôle associatif. L’accessibilité du site aux deux roues va être facilitée et chaque programme intégrera des locaux vélos confortables et conséquents.
 
Le site Désiré Colombe bénéficie, en plus, d’une desserte en transports en commun diversifiée avec des stations de tramway, du chronobus et bus à moins de 300 mètres. Le projet urbain va favoriser l’accessibilité à l’îlot par un travail sur la lisibilité du site et sur la continuité des cheminements piétons. Une nouvelle liaison douce permettra d’irriguer le quartier.
 

Le jardin Say

C’est un espace vert de 3 000 m². Accessible par la rue Désiré Colombe, il est caché derrière les immeubles, inconnu de la plupart des Nantais. Au cœur de l’îlot, le jardin Say constitue un espace boisé remarquable.
Le projet va mettre en valeur cet espace vert et l’ouvrir aux habitants du quartier. Un espace de jeux pour les enfants sera intégré au jardin.
 
Un projet construit avec les différents acteurs
 
Les habitants et les associations de quartier ont été étroitement associés au projet et ce, depuis la première des trois réunions publiques, qui s’est tenue en décembre 2011. Concertation qui a permis d’instaurer un dialogue constructif ainsi que la prise en compte des remarques des riverains.
Le projet Désiré Colombe permet ainsi une préservation du patrimoine tout en intégrant les usages et contraintes d’aujourd’hui. Le permis a fait l’objet d’un avis positif de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement et d’une enquête publique à l’issue de laquelle le commissaire enquêteur, après écoute des citoyens, a remis à la collectivité un avis favorable. Le projet déclaré d’intérêt général à l’unanimité du conseil municipal en décembre dernier, permet un équilibre entre préservation du patrimoine, modernité et usages contemporains. Il s’est construit en lien étroit avec l’ensemble des acteurs pour apporter le meilleur équilibre entre contexte urbain, usages et Histoire.
 
Information pratique

Consulter l’avis de la Dréal (lancer le téléchargement du fichier)(Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) sur l’étude d’impact du permis de construire du projet de renouvellement urbain du secteur Désiré Colombe - avis signé le 6 août 2014.