En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

L’enquête publique sur le transfert des installations ferroviaires de Nantes-État est ouverte

Emprise Sncf. Nantes (Loire-Atlantique) 07/2016 © Valery Joncheray/Samoa Transfert des installations ferroviaires de Nantes-État (île de Nantes)

Du 8 octobre au 9 novembre, Nantais et Rezéens sont invités à s’exprimer sur le déplacement des activités ferroviaires de Nantes-État vers les sites du Blottereau, de Doulon et de Rezé. L’opération s’inscrit dans le cadre du projet de renouvellement urbain du sud-ouest de l’île de Nantes.

Depuis sa fermeture en 1980, la gare de Nantes-État est exclusivement utilisée pour les trains de marchandises et de maintenance. Situé entre le Hangar à bananes et les Machines de l’île, le site de 16 hectares va être remodelé en profondeur dans les prochaines années pour répondre à une double ambition.

Du côté de SNCF Réseau, le regroupement des activités sur un site unique – celui du Blottereau – viendra renforcer le système ferroviaire pour le rendre plus performant.

Par ailleurs, le déménagement de Nantes-État s’intègre dans le grand projet de renouvellement urbain du sud-ouest de l’île de Nantes. La continuité urbaine sera renforcée grâce à la suppression de la barrière formée aujourd’hui par les équipements ferroviaires. Le site sera traversé par la ligne de tram nord-sud qui reliera le quai de la Fosse à Rezé. Le projet prévoit également la création d’un parc de proximité et la construction de nouveaux logements.

Une activité renforcée sur le site de Nantes-État
 
Les travaux d’aménagement seront lancés en 2019. L’arrêt de l’activité ferroviaire sur le site de Nantes-État est attendue fin 2021 avec une libération des emprises par phases, annoncée pour 2022. Les travaux consisteront à démanteler les installations ferroviaires : dépose des voies ferrées, des caténaires, des installations de signalisation et démolition des bâtiments existants. Du côté de Nantes-Blottereau, il est prévu la construction d’un nouveau poste de signalisation informatisé, le réaménagement d’une base arrière dédiée aux travaux de maintenance ainsi que la mise en place d’écrans acoustiques au nord du site. L’accès sud du site sera élargi pour permettre un meilleur croisement des véhicules routiers et anticiper la création d’un axe nord/sud destiné aux modes doux.  

Pendant ces travaux, l’exploitation de Nantes-État sera adaptée afin de rendre possible l’aménagement du Blottereau : les quatre voies situées au nord du site  seront dédiées au remisage des trains de voyageurs TER et Intercités et la partie sud servira de base arrière pour l’entretien et la maintenance du réseau ferroviaire ligérien de 2019 à 2021. À noter, par ailleurs, que l’activité est déjà renforcée jusqu’en mai 2019 à l’occasion des travaux de renouvellement des voies sur la ligne Nantes - La Roche-sur-Yon.

Des aménagements sont également prévus sur d’autres sites : reconstitution d’un local de stockage de 120 m2 sur le site ferroviaire de Doulon et création d’une voie dédiée au retournement des trains longs à Rezé.

Ouverture d’une enquête publique

Du lundi 8 octobre au vendredi 9 novembre, les habitants de Nantes et de Rezé peuvent s’exprimer sur ce projet de transfert dans le cadre d’une enquête publique. Les permanences se tiennent dans les lieux suivants :

  • Lundi 8 octobre 2018 de 9h à 12h, mairie annexe de Doulon.
  • Mardi 16 octobre 2018 14 à 17h, mairie de Rezé.
  • Samedi 27 octobre 2018 de 9h à 12h, mairie annexe de Doulon.
  • Mercredi 31 octobre 2018 de 14h à 17h, mairie annexe de l’Île de Nantes.
  • Lundi 5 novembre 2018 de 14h à 17h, mairie annexe de l’Île de Nantes.
  • Vendredi 9 novembre 2018 de 14 à 17h, mairie annexe de Doulon.

À l’issue de cette procédure et de la publication d’une déclaration de projet, SNCF Réseau pourra amorcer les travaux de transfert ferroviaire.

 

L’info en + :

Ce projet, d’un coût global de 108 millions d’euros, est co-financé par l’État, la Région Pays de la Loire, Nantes Métropole et SNCF Réseau.

Mis à jour le 4 octobre 2018