En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Avec le festival Atlantide, le monde s’invite à Nantes

 *** Local Caption *** D:\PHOTOSTATION\Brut\20160312\rencontre pedrosa

Dès ce jeudi 15 février et pendant quatre jours, Nantes devient un lieu de rencontres et d’échanges avec des écrivains du monde dans le cadre du festival Atlantide. Plus de 50 auteurs sont attendus au lieu unique et dans la ville.

Engagée en faveur des Droits humains, Nantes accueille dès ce jeudi 15 et jusqu’au dimanche 18 février, la 6e édition du festival des littératures Atlantide, les Mots du Monde Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre. Pendant quatre jours, plus de 50 auteurs internationaux et nationaux seront présents pour échanger et imaginer un monde de tous les possibles à travers des grandes rencontres, des conversations et des lectures au lieu unique et dans la ville. Pour l’occasion, quatre médiathèques et onze librairies ouvriront leurs portes pendant toute la durée du festival. « La dynamique publique est bien installée grâce à la mairie et à la région », explique Denis Caille, codirecteur du festival et directeur de la cité des Congrès.

Alain Mabanckou, nouveau directeur artistique

AtlantideMaba18734.jpg

Pour la première fois, le festival Atlantide est placé sous la direction artistique d’Alain Mabanckou, romancier, poète, essayiste et véritable ambassadeur d’une « littérature-monde ». Prix Renaudot 2006 pour Mémoires de porc-épic, l’écrivain franco-congolais se dit ravi de représenter « un festival qui s’ancre comme l’un des plus importants en France, avec un plateau résolument international ». Des têtes d’affiche comme Santiago Gamboa, journaliste et écrivain colombien, ou bien Philippe Jaenada, prix Femina 2017 pour La Serpe, croiseront des jeunes auteurs : « Il y a un équilibre entre les talents confirmés et les jeunes pousses, ainsi qu’entre les maisons d’édition, explique Alain Mabanckou. Il n’y a pas que les grandes maisons qui ont le monopole des talents !»

 

Pratique :

Mis à jour le 13 février 2018