En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

À la chasse aux pipis sauvages !


 point-presse
Implantation du 1er uritrottoir à Nantes (rue du Moulin)., objet imaginé par le collectif de designers nantais Faltazi.

De nouveaux urinoirs publics, les uritrottoirs, ont fait leur apparition dans les rues du centre-ville de Nantes. Trois sont en expérimentation.

On le prendra facilement pour une jardinière, ce qu’il est un peu, mais c’est d’abord et avant tout un urinoir. Et plus précisément un Uritrottoir, tel que l’ont baptisé ses inventeurs, Victor Massip et Laurent Lebot, dirigeants de Faltazi, société nantaise de design industriel. Le premier uritrottoir Lien ouvert dans une nouvelle fenêtrenantais a été posé, lundi 22 mai, dans un petit coin de la rue du Moulin. Ses missions : lutter contre les pipis sauvages, des noctambules notamment, et affirmer son statut de nouvelles formes de toilettes publiques. «Voilà, une bonne idée !» s’enthousiasme le dirigeant d’une agence de voyages voisine. «Et il va surtout falloir signaler sa présence» ajoute-t-il. L’objet se fond volontiers dans le décor. Le sommet du bac supérieur est tout de plantes vêtu. Le bac du dessous est le réceptacle des pipis. «Lui est garni de paille, selon le principe des toilettes sèches. Il a une capacité de 250 pipis environ. Un capteur prévient son gestionnaire quand il est plein» précise Victor Massip. La paille est ensuite recyclé et transformé en engrais.

Paris et maintenant à Nantes

Un exemplaire est expérimenté depuis début janvier, Gare de Lyon à Paris. «Ça marche. Il est notamment utilisé par les chauffeurs de taxis» raconte Laurent Lebot. À Nantes, on estime entre 30 et 40 le nombre de «spots» de pipis sauvages en centre-ville. Trois uritrottoirs, installés, l’un rue du Moulin donc, non loin de l’hôtel de ville, et les deux autres, rue Duvoisin, aux abords de l’église Saint-Nicolas et rue de la Bletterie, au Bouffay, commencent leur période d’expérimentation. Une expérimentation actée dans le cadre du plan d’actions «Nantes, la ville la nuit», issu du Conseil nantais de la nuit.

Ces trois uritrottoirs complètent l’offre de toilettes publiques et gratuites, constituée notamment des sanisettes Decaux, en accès, on le sait peu ou pas, totalement libre depuis deux ans déjà. Et 24h/24 depuis le 27 avril dernier.

Cette expérimentation des uritrottoirs est menée avec le blog Big City Life Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre. Une évaluation sera menée d’ici la fin de l’année et si elle s’avère positive, d’autres uritrottoirs pourraient être déployés dans le centre-ville de Nantes.

Pour en savoir plus :

 

L’info en +

Où trouver des toilettes gratuites à Nantes et dans la métropole ?

Mis à jour le 24 mai 2017