En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

La galerie Dulcie de l'école des Beaux Arts

La galerie Dulcie, en rez-de-chaussée de l'ancien bâtiment de l’école des Beaux-Arts, place Dulcie Septembre, rue du Moulin, fait partie des 15 lieux à réinventer, dans le cadre de l’appel à créativité initié en mai 2017.

Découvrez les projets imaginés pour ce lieu

12 projets ont été imaginés par les Nantaises et les Nantais pour réinventer ce lieu. Découvrez-les en cliquant ici. Du 9 au 23 juin, ce sera à vous de voter pour vos projets préférés. Toutes les informations sont ici.

15lieux-GalerieDulcie-18.png15lieux-GalerieDulcie-19.png15lieux-GalerieDulcie-20.png

15lieux-GalerieDulcie-21.png15lieux-GalerieDulcie-22.png15lieux-GalerieDulcie-23.png

15lieux-GalerieDulcie-24.png15lieux-GalerieDulcie-25.png15lieux-GalerieDulcie-26.png

15lieux-GalerieDulcie-27.png15lieux-GalerieDulcie-28.png

 

La visite virtuelle du lieu

Une galerie idéalement située

La Dulcie Galerie, en rez-de-chaussée du bâtiment de l’école des Beaux-Arts daté de 1986, présente de grandes fenêtres sur la place Dulcie September. Cette galerie est idéalement située, en coeur de ville, entre l’Hôtel de Ville et le quartier du Bouffay, en proximité de zones piétonnes commerçantes. Elle est libérée avec le déménagement de l’école des Beaux-Arts vers l’Ile de Nantes, à partir de juin 2017. L’école rejoint le quartier de la création,dans les anciennes Halles Alstom, rénovées pour l'occasion.
 

L’Histoire du bâtiment de l’école des Beaux Arts

Cet hôtel était appelé « Maison de la  Papotière ». Il est aussi plus communément connu, aujourd'hui, sous le nom d’Hôtel de Briord. Une première demeure y avait été établie par Françoise de Dinan (1436-1499),  dame de Châteaubriand, dame d'honneur  d'Anne de Bretagne. Dans sa facture actuelle, il s'agit  d'un hôtel particulier du XVllème siècle,construit essentiellement entre 1675 et 1700 par Jean-Baptiste Il de Becdelièvre de La Busnelaye (1651-1731), premier président de la Chambre des comptes de Bretagne. Le bâtiment fut remanié au XIXème siècle. La Ville achète l'édifice en 1897 à la mort de Joseph Cheguillaume, petits-fils de Mathurin-Jean Cheguillaume (1772-1857), adjoint au maire de Nantes de 1832 à 1842, qui avait acquis les lieux en 1819.  
La Ville de Nantes y installe alors une première école de beaux-arts et de dessin. L'Ecole devient Ecole des Beaux Arts appliqués à l'industrie de Nantes à partir de 1904. A sa tête à cette époque, Emmanuel Fougerat, sera aussi le fondateur et conservateur du Musée des Beaux Arts. L’école s'agrandit d'une aile au sud reliée à l'Hôtel de Becdelièvre, édifice cossu, tramé en pierre de taille et métal, typique du caractère institutionnel des édifices publics de la  Troisième République. Un édifice plus ancien est également situé sur cours, au Nord. Il sert de communs. Dans la période 1977-1986, la Ville de Nantes agrandit à nouveau l’Ecole en créant une entrée par la construction de bâtiments en façade sur la place Dulcie September. Cette place est créée pour l'occasion. L’école se dote alors également d’un amphithéâtre, au-dessus du parking Decré. L'Ecole devient l'Ecole supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole en 2010 lors de sa constitution en EPCC (établissement public de coopération culturelle).

Où peut-on imaginer un projet ?

Seul le rez-de-chaussée du bâtiment sera accessible pour un projet dans le cadre de l’appel à créativité « 15 lieux à réinventer ». Il sera essentiel de prendre en compte les contraintes techniques du lieu.
 

15 lieux à réinventer : une démarche en 3 étapes

Jusqu’en septembre 2017, chaque Nantais.e peut faire part de son ressenti, de son témoignage, de ses aspirations pour le lieu qu'il souhaite, sur nantesco.fr ou en déposant un mot en mairie, ou auprès des commerçants participant à l'opération :

  • l'épicerie La Maison Bertille, 10 rue des 3 Croissants
  • la boulangerie D’Antan, 5 rue des Carmes
  • la brasserie La Fée Verte, 9 rue des 3 Croissants

Les avis seront mis en commun et débattus lors d'un temps fort le 23 septembre 2017 (avec visite commentée du lieu et temps de production collective), en vue de constituer pour chacun un « cahier d’inspiration citoyenne ».

A partir de novembre 2017 et jusqu'en janvier 2018, ce cahier servira de base de réflexion pour les personnes, collectifs, associations, acteurs de l’économie sociale et solidaire qui souhaiteront proposer un projet à réaliser par eux-mêmes dans l'un de ces lieux. Les projets qui respecteront le cahiers des charges de la Ville seront présentés aux Nantais.es qui voteront au printemps 2018 pour celui qu’ils préfèrent. Les lauréats du vote mettront ensuite en œuvre leur projet dans ces 15 lieux.

Vos contributions sur Nantes&Co