En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Un centre post-traumatique pour 2019

Depuis septembre 2017, la Ville de Nantes réunit associations et institutions nantaises actives auprès des femmes victimes de violence. Objectif : imaginer ensemble un lieu d’accueil qui les aide à se reconstruire.

Le 18 janvier 2018, une trentaine de participantes se sont réunies afin de proposer ensemble les contours du projet de centre post-traumatique. Aïcha Bassal, adjointe à l’égalité et la lutte contre les discriminations, rappelle le contexte du projet. « Il y a 4 ans, les associations Question de confiance, Solidarité Femmes, SOS Inceste et l’Oasis ont fait part à Johanna Rolland du besoin d’un lieu pour aider les femmes victimes de violences à se reconstruire physiquement et psychiquement. C’est devenu un engagement de mandat et nous avons voulu associer au projet les associations et institutions engagées au quotidien auprès des femmes victimes de violence ».

Depuis septembre 2017, une quarantaine de participants, membres d’associations d’aide aux victimes ou d’institutions, ont ainsi dessiné ensemble les contours de ce projet, sous la coordination de l’agence d’urbanisme de la région nantaise (AURAN). Horaires d’ouverture, organisation de l’accueil, prestations proposées sur place, profil des professionnels à recruter pour constituer une équipe pluridisciplinaire, importance des formations pour harmoniser leurs pratiques…

Cette proposition collective est désormais entre les mains des élus qui seront chargés d’arbitrer. « De notre côté, nous avons aussi multiplié les rencontres avec les futurs partenaires potentiels institutionnels et associatifs pour présenter le projet", souligne Aïcha Bassal. Le centre se situera sur l'Ile de Nantes boulevard Vincent-Gâche, à proximité de l’actuel CHU et du futur quartier de la santé.

Sites de la communauté
Publications