En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

D’hier à aujourd’hui : le quartier Doulon-Bottière

Le quartier Doulon-Bottière s’étend de la Loire avec la Prairie de Mauves jusqu’à la route de Paris. Ce territoire, cisaillé par la forte présence des voies de communications diverses, a été pendant plus d’un siècle dominé par l’activité maraîchère et la présence des cheminots.

 

Une ancienne commune rurale

Le quartier actuel englobe une partie de l’ancienne commune de Doulon annexée par Nantes en 1908. Au milieu du 19e siècle, le maraîchage se développe au Vieux Doulon, gros bourg rural caractérisé par la présence de l’église Saint-Médard. Cette activité perdure jusqu’à la disparition progressive des exploitations à partir des années 80.

 

Le temps des grands ensembles

Traversé par deux voies ferrées et à proximité de la gare de Nantes, le quartier a été pendant longtemps le principal lieu de résidence des cheminots qui travaillaient au dépôt d’entretien des locomotives établi au Blottereau à partir de 1918.

A partir de 1953, l’espace agricole de la partie ouest du quartier permet l’édification de plusieurs cités HLM : Le Pin sec qui accueille les habitants du Marchix, la Bottière et la Grande Noue, ensembles de 1300 logements construits entre 1968 et 1971.

 

Un quartier en mutation

L’ancienne commune abritait deux grands domaines : le Grand-Blottereau, folie du 18e siècle dont le parc a été transformé en parc public et la Colinière qui accueillent des lycéens depuis 1962.

Le quartier connaît depuis plusieurs années une mutation très importante avec la ZAC Bottière-Chénaie qui s’appuie sur la transformation des anciennes terres de maraîchage dont quelques symboles comme les réservoirs d’eau et les vieux murs constellent le paysage en transformation.

 

Doulon-Bottière en images