En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Une expérimentation pour apaiser la rue de Strasbourg

ACTUALITÉS

Une expérimentation pour apaiser la rue de Strasbourg

D'ici l'été 2016, la Ville de Nantes va tester de nouveaux aménagements afin d'améliorer la sécurité des vélos et des piétons, sans dégrader la circulation sur cet axe majeur du centre-ville. Des travaux auront lieu du 29 février à fin avril.

La rue de Strasbourg cristallise l'attention depuis plusieurs années. Cet axe de circulation important, surtout depuis la limitation du trafic sur le cours des 50 Otages, est aujourd'hui saturé. Plus de 20 000 véhicules l'empruntent chaque jour avec des difficultés multiples : vitesse excessive en heures creuses, deux roues motorisés circulant sur le gué central, stationnement sauvage sur les aires de livraison mais surtout risque d'accident pour les piétons et les vélos…

Pour résoudre le problème, la Ville de Nantes a décidé de lancer une expérimentation de zone apaisée. « L'objectif est que chacun y trouve sa place », explique Johanna Rolland, maire de Nantes. L'enjeu est triple : améliorer la sécurité des cyclistes et des piétons, apaiser la vitesse automobile pour fluidifier du même coup la circulation, mais aussi faciliter la livraison des marchandises dans cette rue commerçante qui compte pas moins de 70 boutiques.

« Nous avions deux critères importants : maintenir le plus possible de stationnements et ne pas dégrader la circulation », détaille Thomas Quéro, conseiller municipal chargé des déplacements doux et des espaces publics.  Le projet, ajusté avec les commerçants de la rue et l'association Place au vélo qui réclamait depuis longtemps cet aménagement, innove pour concilier tous les usages.

Voies réduites, stationnement mutualisé et nouveaux espaces cyclables

Pour gagner de la place sur la chaussée et créer un espace cyclable de chaque côté de la rue, le gué central va être supprimé et la largeur des voies réduites de 3,35 m à 2,75 m. 20 places de stationnement vont également disparaître au croisement des rues afin de dégager les angles morts et ainsi sécuriser les traversées piétonnes. Elles seront compensées en grande partie par la création de places de stationnement mutualisées, réservées aux livraisons de 7h30 à 11h30 et utilisables le reste du temps par les autres véhicules au tarif de la zone rouge. Il restera ainsi au final 40 places pour les voitures (dont 25 en permanence) et 10 emplacements livraison. Pour savoir qui peut stationner quand, ces places seront identifiées par un double marquage au sol (blanc et jaune) et un panneau de signalisation spécifiques. Un dispositif inédit, rendu possible par une nouvelle circulaire ministérielle.

Les aménagements vélos, eux aussi, empruntent une nouvelle voie : la largeur de la rue de Strasbourg ne permettant pas de créer des bandes cyclables au sens réglementaire du terme, deux couloirs vélos distincts seront créés :

  • Un espace d'1,50 m séparé de la chaussée par des clous antidérapant dans le sens descendant
  • Une bande moins large (1 m) identifiée par un aplat de résine grise et des picto vélo en montant la rue.

Coté piétons, des améliorations aussi sont attendues avec la rénovation des îlots refuge en granit et des passages piétons, ainsi que l'agrandissement des trottoirs à l'angle des rues de Verdun et Saint-Jean.

Ruestrasbourgbis16734.jpg

« Plutôt qu'un projet lourd, nous avons opté pour un aménagement léger et sobre (200 000 euros), qui pourra être évalué et éventuellement ajusté », résume Johanna Rolland qui défend une nouvelle manière de construire la ville, plus collaborative en partant des usages des habitants.

Les travaux démarreront le 29 février, jusqu'à fin avril, pour un lancement de l'expérimentation début mai 2016.

Nantes Métropole se donne ensuite un an pour évaluer la pertinence de ces nouveaux aménagements. Si l'expérimentation est probante, elle pourrait inspirer d'autres secteurs de la ville, en particulier là où la question du stationnement se pose.

Mis à jour le February 12, 2016