En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Violences faites aux femmes : Nantes interpelle dans l’espace public

Nantes se mobilise "journée contre violences faîtes aux femmes"  Un happening rue de la Paix

Le 25 novembre, c’était la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. Cette année, pour susciter le débat sur un sujet grave, la Ville a voulu interpeller les Nantais sur l’espace public avec une caméra cachée invitant hommes et femmes à cheminer séparément dans la rue. Le dispositif fictif était là pour souligner la nécessité de se mobiliser ensemble, femmes et hommes, pour l’égalité et contre les violences. Un enjeu sur lequel la Ville de Nantes est pleinement mobilisée.

C’est ce qu’on appelle un buzz sur les réseaux sociaux ! Déployé durant 2 heures le 22 novembre dernier, rue de la Paix, à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, le dispositif fictif de la Ville de Nantes a fait réagir la twittosphère. Pour ceux qui n’auraient pas emprunté la rue de la Paix ce soir-là, petite explication. A l’invitation de médiateurs de la « Brigade de protection », les femmes et les homme étaient invités à emprunter deux couloirs séparés sur une partie de la rue. Un dispositif expérimental censé assurer la sécurité des femmes dans l’espace public et qui faisait l’objet d’une caméra cachée. "Cette solution radicale n'en est bien sûr pas une, souligne Aïcha Bassal, adjointe à l'égalité. L'objectif était d’interpeller et de rappeler que c'est ensemble, femmes et hommes, que nous devons nous mobiliser pour lutter contre les violences faites aux femmes ."

Violences et inégalités dans l’espace public comme dans la sphère privée

A Nantes, ce seraient plus 12 000 femmes concernées chaque année par des violences physiques, sexuelles, psychologiques ou verbales. Et une minorité seulement, moins de 15 %, portent plainte pour ces faits. Si les violences sexuelles les plus graves ont majoritairement lieu dans l’espace privé, elles ne sont pas absentes de l’espace public. Une main aux fesses, une insulte ou un sifflement sont autant de façons de signifier aux femmes qu’elles ne devraient pas être dans l’espace public, qu’elles n’y sont pas les égales des hommes. En France, 1 femme sur 4 a subi une forme de violence dans l'espace public en France. C’est pour avancer sur ce sujet que deux conseils citoyens nantais se sont mobilisés avec les services de la Ville - le Conseil de l’égalité femmes – hommes (CEFH) et le Conseil de la nuit. La démarche « Agir pour l’égalité des femmes et des hommes la nuit sur l’espace public » a permis d'identifier plusieurs pistes d'actions.

Un centre de consultation pour les femmes victimes de violences en 2019

2019 verra également l’ouverture sur l’Île de Nantes du centre de consultation post traumatique à destination des femmes victimes de violences. Accueil gratuit 7 jours sur 7 et 24h sur 24, écoute, mise à l'abri, réponse sociale, juridique, médico-psychologique coordonnée des acteurs publics et associatifs, aide pour se reconstruire... ce sera une offre inédite. "C'est inédit car ce sera le seul lieu de ce type porté par une collectivité en France", indique Aïcha Bassal. Le projet est le résultat d’une large concertation de terrain.

En savoir plus :

Mis à jour le 27 novembre 2018