En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Migrants : des mesures sanitaires pour répondre à l'urgence

Avec le soutien de la Ville de Nantes, la Croix Rouge et son équipe de bénévoles distribuent de la nourriture et des boissons aux personnes migrantes, réfugiées en centre ville.
Nantes, quai Baco - 17/07/2018.

La Ville de Nantes se mobilise après la réoccupation du square Daviais.

Le square Daviais étant à nouveau occupé par des personnes migrantes, dans des conditions climatiques particulièrement difficiles, la Ville de Nantes, fidèle à sa position d'humanité et de responsabilité et à titre humanitaire, a décidé la mise en place de plusieurs actions pour répondre à l'urgence de la situation.
Quatre sanitaires ont été installés allée Baco, à proximité du lieu de distribution des paniers repas. En effet, la Ville de Nantes finance et co-organise avec la Croix Rouge et les associations locales la distribution de 600 paniers repas chaque soir tout l'été. Un point d'eau est ouvert à proximité de la station gourmande près du square Daviais. Enfin, une collecte des déchets est organisée par Nantes Métropole.
Par ailleurs, la Ville recherche des solutions humanitaires nouvelles pour améliorer les conditions
sanitaires des personnes migrantes. La Ville de Nantes renouvelle à l'État sa demande pressante de création des places nécessaires en centre d'accueil de demandeurs d'asile pour qu'une solution d'hébergement digne et pérenne soit trouvée pour chacun.

Comment la Ville soutient les migrants

Nantes est mobilisée de façon volontariste depuis plusieurs mois et poursuit son soutien aux migrants et aux associations qui les accompagnent :

  • 60 nouvelles places d’hébergement ouvertes le 23 juillet sous forme de baux précaires
  • depuis mars dernier, le site de Bréa accueille un centre d’accueil et d’hébergement d’urgence de 120 places, sur lequel plus de 200 personnes migrantes se sont vues à ce jour proposer des solutions plus pérennes d’hébergement
  • 45 places d’accueil temporaire, dans des locaux sans affectation de Nantes Métropole Habitat. La gestion des sites, l’accueil et l’accompagnement des personnes réfugiées est assuré par l’association Une Famille Un Toit, financée par la Ville
  • une coordination de l’aide alimentaire en partenariat avec la Croix Rouge et avec l’aide de la Banque alimentaire et du Secours populaire Français, avec la prise en charge de l’achat de 600 paniers repas quotidiens

Ces mesures s’ajoutent sur le plan de l’hébergement aux 30 places mises à la disposition de l’État en novembre 2017, aux 124 places du Centre nantais d’hébergement des réfugiés (CNHR), aux 140 logements et 300 places mis à la disposition des Centres d’accueil pour demandeurs d’asile par Nantes Métropole Habitat.

Aides d’urgence

Par ailleurs, la Ville a mobilisé des moyens renforcés de façon continue, en faveur de l’accès aux besoins essentiels (kits hygiène, alimentation, déplacements) et à une vie sociale en particulier pour les jeunes au travers d’une aide d’urgence aux jeunes migrants, la mise à disposition de 500 kits hygiène par an, de tickets de transport, le financement de la fourniture de 50 repas quotidiennement pour les jeunes isolés (par l’association Aurore).

L’aide de la Ville se décline aussi :

  • en matière d’hygiène par l’accès aux Bains-Douches
  • en permettant l’accès à la restauration scolaire pour tous les enfants dans les cantines
  • en délivrant une aide alimentaire par le biais du soutien aux associations fournissant cette aide
  • en accompagnant l’accès aux droits par une augmentation des moyens d’interprétariat, par le biais du CCAS, par la domiciliation et le soutien aux acteurs associatifs
  • en proposant un apprentissage du français par le soutien aux associations et par une réflexion pour mieux coordonner cette offre
  • en accompagnant les acteurs associatifs mobilisés auprès des migrants
  • un accès à une offre d’activité socio-culturelle dans les trois centres Accoord
Mis à jour le 6 août 2018