En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

500 000 euros d’aides d’urgence pour les commerçants du centre-ville touchés par les manifestations

Le maire de Nantes a annoncé ce mardi la mise en place de trois mesures exceptionnelles pour soutenir les commerçants, restaurateurs et hôteliers du centre-ville, durement touchés par les manifestations de ces dernières semaines.

La succession des manifestations pèsent lourdement sur la trésorerie des commerces de centre-ville. Selon l’association Plein Centre, inquiète des conséquences économiques du mouvement, les pertes d’exploitation atteignent 20 à 60 % du chiffre d’affaires, selon les boutiques et les secteurs d’activités.

« Je sais les difficultés qu’ont connues les commerçants, restaurateurs, cafetiers et hôteliers, souligne Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole. « Je suis engagée à leurs côtés et suis convaincue de la nécessité de leur apporter un soutien exceptionnel. Pour cela, il y a besoin, au-delà des mots, d’actes concrets».

Pour les aider à faire face, la Ville de Nantes a annoncé, ce mardi 29 janvier, trois mesures d’urgence, décidées en lien avec la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), les associations de commerçants Plein centre et Unacod, l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) et le Groupement national des indépendants (GNI) :

  • Un fonds exceptionnel de soutien de 350 000 euros sera créé pour aider les commerçants ayant le plus durement subi les dégradations, notamment les petits commerçants indépendants.
  • Tous les commerçants, restaurateurs, cafetiers et hôteliers du centre-ville seront exonérés des droits d’occupation temporaire du domaine public (terrasses, chevalets, kakémonos, etc.) pour un mois, soit une enveloppe de 100 000 euros au total.
  • Une aide supplémentaire de 50 000 euros sera apportée aux associations de commerçants, Plein Centre et Unacod, pour renforcer leurs actions de dynamisation du centre-ville.

L’ensemble de ces mesures d’urgence - qui s’élèvent à 500 000 euros au total - « doivent aider les commerçants à passer la crise », souligne Johanna Rolland.  Mais la mairie voit plus loin. Elle annonce pour le printemps un nouveau plan d’actions pour le centre-ville. «Ces mesures s’inscrivent dans une réflexion plus globale pour soutenir et développer le commerce de centre-ville, que nous menons avec les associations professionnelles », rappelle Johanna Rolland. En décembre dernier, le Conseil métropolitain avait déjà voté le gel, pour 2019, des tarifs des droits de place, enseignes et pré-enseignes et la stabilité de la taxe de séjour perçue par les hôteliers.

Mis à jour le 29 janvier 2019