En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Baroque en scène : toute la richesse du répertoire

Une vingtaine de propositions forment la nouvelle saison de Baroque en scène, portée par quatre structures culturelles de Nantes et Rezé.

« La Passion selon Saint-Jean » de Bach, « The Beggar’s Opera » de Gay et Pepusch, la Messe en ut de Mozart, les chansons vespérales de Johann Sartorius, mais aussi les « Sept particules » de notre contemporain David Chalmin… Ce sont quelques-unes des œuvres programmées pendant la 7e saison de Baroque en scène. Premiers mouvements de baguette le 9 novembre, avec l’ensemble Aria Vocale en représentation à l’Auditorium de Rezé. Suivront 18 autres rendez-vous : 6 dans les salles rezéennes gérées par la Soufflerie, 7 à la Cité des congrès, 4 au théâtre Graslin et 1 au lieu unique. Stradivaria, l’ensemble baroque de Nantes, sera présent par trois fois au cours de la saison.

Cette approche partenariale permet de donner au répertoire baroque une visibilité – et une popularité – dont peu d’autres régions peuvent se targuer. « Plus on avance dans le temps, plus le public y prend goût », souligne Denis Caille, qui dirige la Cité des congrès. « Baroque en scène s’impose, les chiffres de fréquentation de la dernière saison ont été excellents », confirme de son côté David Martineau, adjoint nantais à la culture, avant de se féliciter :« Ce n’est pas si fréquent d’avoir une offre sur les deux territoires de Nantes et Rezé. La circulation des publics est toujours un plaisir ».

La programmation 2018-2019 ne devrait pas faire mentir la tendance, car elle donnera à entendre un large spectre du répertoire. Un « kaléidoscope de l’Europe baroque », selon l’expression du directeur de la Soufflerie, Maurice Cosson, avant de rappeler que le mouvement baroque constitue « la base de notre culture musicale occidentale ». Autre caractéristique des rendez-vous de Baroque en scène : des conférences introductives à la plupart des concerts. « 45 minutes pour donner des clés de compréhension au public, qui savoure mieux ce qu’il entend, note une des intervenantes, Françoise Rubellin, professeure de littérature française du 18e siècle. On ne doit pas donner l’idée que le baroque, c’est uniquement pour les initiés... »

Mis à jour le 19 octobre 2018