En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Voyage à Nantes : l'art irradie la ville

Les expositions de l’été

aurelien frances or précolombien

Entre l'ouverture du Musée d'Arts, des expositions sur les sociétés précolombiennes, sur nos rêves d'éternité ou sur l'artiste suisse Hans Ruedi Giger... Le programme des musées et des espaces d'exposition est riche et diversifié. Suivez le guide !

Au Musée d'Arts
«De l’air, de la lumière et du temps»

À travers cette installation, Susanna Fritscher expérimente le fil de silicone transparent pour créer une structure qui redessine l'espace du patio, le souligne et l'irradie.
Jusqu'au 8 octobre 2017.

Au Château des ducs de Bretagne
«Les Esprits, l’Or et le Chaman»

Pendentif en forme de caïman, masque funéraire, ornement en forme d'homme chauve-souris dédié aux chamans, siège funéraire... Plus de 220 objets précieux en or et en alliages, en céramique et en pierres diverses nourrissent cette exposition présentée dans le cadre de l’année France-Colombie 2017. Ces pièces, dont certaines ont plus de 2 500 ans, sont issues des collections du Musée de l'Or de Colombie. La richesse culturelle et le monde spirituel foisonnant des sociétés précolombiennes se révèlent ici à travers plusieurs thématiques comme la nature humanisée, la peinture corporelle, les transformations des chamans, la multiplicité des identités ou la guerre et le sacrifice.

  • Jusqu'au 12 novembre.

À la Hab Galerie
Le Nu et la roche - Daniel Dewar & Grégory Gicquel

Une série de bottes, un chien, un lavabo, des toilettes, des torses, une pipe, des voitures... Daniel Dewar et Grégory Gicquel exposent une série de sculptures en marbre rose. Elles sont présentées devant de grands murs blancs et éclairées de manière solennelle à l'image des galeries de sculptures classiques. Mais les artistes se jouent ici des codes pré-établis en représentant des sujets du quotidien, des parties fragmentées du corps humain et des figures animalières pour nous livrer une interprétation de la relation de l'homme à la nature.

  • Jusqu'au 1er octobre.

Au lieu unique
«Seul avec la nuit»

Le lieu unique consacre une première grande rétrospective à Hans Ruedi Giger, artiste suisse récemment disparu. Figure mythique de la peinture et du monde de la conception graphique et cinématographique, il est ainsi connu comme le créateur d'un monstre qui tient le rôle principal dans «Alien» de Ridley Scott. Des premiers dessins et peintures à l’huile aux peintures à l’aérographe (pistolet de peinture miniature) en passant par les sculptures, les collaborations avec Hollywood, le design de mobilier et d’espaces architecturaux, l’exposition présente plus de 100 œuvres originales.
Jusqu'au 27 août.

Au Muséum d’histoire naturelle
«Eternité, rêve humain et réalités de la science»

Dans cette exposition, le Muséum explore nos rêves d'éternité d'hier et d'aujourd'hui. Des objets archéologiques, comme la momie égyptienne de Frédéric Caillaud ou une recette d'élixir de longue vie, sont présentés pour illustrer ce rêve ancien. Puis, l'exposition se penche sur la recherche scientifique et médicale qui vise à réparer l'homme et accroître son espérance de vie. On peut y manipuler une main bionique, observer un cœur artificiel, comprendre en vidéo la recherche sur les cellules souches... L'exposition s'intéresse aussi à l'espérance de vie des animaux - comme à cette palourde Ming âgée de 507 ans - et aux espèces disparues via les précieuses collections du Muséum.
Jusqu'au 12 mars 2018.

Au Musée Jules Verne
«Chaosmos»

Jean Bonichon se saisit du mot valise « Chaosmos », qui dit à la fois le chaos et le monde ordonné. L'artiste nantais s'empare ainsi des espaces intérieurs et extérieurs du Musée Jules Verne qu'il peuple de diverses créations : sculptures, vidéo, pièce sonore, photographies... Il bouscule les vitrines du musée en y intégrant de petits objets étranges créés à partir de matériaux nobles (perle d'ivoire, étain...) et communs (bouchon de champagne, boule de billard...).

Au Planétarium
« Digital chaotics : musique pour les yeux»

Ken Scott vous invite à découvrir «Casse-Noisettes» à travers une création visuelle projetée sur le dôme du Planétarium. L'artiste américain a imaginé une série de formes géométriques abstraites pour illustrer ce célèbre ballet de Tchaïkovski.
Tous les jours à 18 h. Durée de la séance : 30 minutes. Entrée dans la limite des places disponibles, pas de réservation.
Jusqu'au 27 août.

À Stereolux
Ken-Tsai Lee

Posters, sérigraphies ou encore affiches de festivals de Ken-Tsai Lee sont exposés dans le hall. Le style de ce designer taïwanais est à la croisée de la calligraphie chinoise, de l’abstraction et de la rigueur mathématique. Stereolux lui a également confié la création graphique de l’édition 2017 du festival Scopitone.
Jusqu'au 24 septembre.

 

Et aussi :

  • À L'Atelier : «Mon nom est personne», Alexandre Périgot. Les anonymes des réserves du Musée d'Arts de Nantes. Jusqu'au 27 août.
  • Au Passage Sainte-Croix : «Pas de rose pour l’infini», Laurent Pernot. Jusqu'au 27 août.
  • À la Médiathèque Jacques Demy : Delphine Vaute, artiste plasticienne. Jusqu'au 9 septembre.
  • À la Cale 2 Créateurs : «Circulation(s)» - un regard sur l'Europe à travers la photographie. Jusqu'au 27 août.  
  • Ligne 1 du tramway - entre gare maritime et gare SCNF : La Tram' du temps - le Labo des savoirs.

Au Musée de l’imprimerie :
Les 30 lithographies les plus récentes, jusqu'au 6 juillet.
30 ans, exposition de lithographies : Variation n° 5 - Athali, Nadja Atti, Sandrine Boulon, Claude Francheteau, Susanne Köhl, du 10 juillet au 8 septembre.


Au Musée Dobrée : «Voyage dans les collections» : Plus de 350 pièces exposées : sculptures antiques et médiévales, céramiques grecques, peintures du 16e au 19e siècle, objets rituels d'Amérique et d'Océanie... Un voyage à travers
5 000 ans d’histoire sur 5 continents. Jusqu'au 1er octobre.