En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Festival des scènes vagabondes, porte-voix de la scène nantaise jusqu'au 24 juin

Sous les Hauts Pavés au parc des Capucins Ambra Senatore danse CCNN Centre chorégraphique national de Nantes Scène ouverte Passo Duo

C'est le jazz qui ouvrait le festival des Scènes vagabondes, le 20 mai au parc de la Crapaudine. Les arts de la rue étaient à la fête dans le parc du Croissant le 27 mai. Le théâtre se mettait en scène au parc de la Gaudinière le 3 juin. Les musiques du monde rythmaient leu Petit-Port le 17 juin. A ne pas manquer dans le programme à venir : de la danse au parc des Capucins, en clôture du festival, le 24 juin.

Jazz, arts de rue, théâtre, danse, musiques du monde, envahissent les parcs nantais pour des spectacles et concerts gratuits jusqu'au 24 juin. Des artistes 100% nantais pour des scènes festives à la rencontre des habitants des quartiers de la ville.

Le Festival des scènes vagabondes investit pour la 3e année consécutive les parcs nantais. Ils accueillent, à tour de rôle, pendant cinq samedis, plus de 60 concerts et spectacles gratuits. « Les Scènes vagabondes répondent à deux volontés politiques fortes, explique Maguy Salomon, conseillère municipale. La proximité culturelle d’abord avec un festival au plus près de la population et le soutien à la création et aux artistes nantais professionnels comme amateurs. »

Côté programmation, du jazz ouvrait le festival, le 20 mai au parc de la Crapaudine à Nantes Sud.

Les arts de la rue s’invitaient le 27 mai au parc du Croissant à Doulon-Bottière avec notamment le spectacle clownesque « My dead bird ».

Le théâtre déménageait cette année au parc de la Gaudinière au Breil-Barberie le 3 juin, après deux éditions au parc du Crapa. Vous pouviez y découvrir l’histoire de l’humanité dans la création « Six pieds sur terre » Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, des histoires de femmes avec « Elles en ont vu de toutes les couleurs », de robots dans « Robots, clones et compagnie »...

Les musiques du monde envahissaient l’hippodrome du Petit-Port à Nantes Nord, le 17 juin avec les sons balkaniques de Gheorghe Tudorache Trio, la musique de chambre punk de Moon Gogo Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, la bossa nova de Brasil Nativo Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, les chansons poétiques accompagnées de danse contemporaine et d’arts plastiques de Delphine Coutant Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, la voix cassée de Gabriel Saglio Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre soutenue par les musiciens des « vieilles pies ».

Créations partagées entre artistes et habitants

La danse clôture le festival, le 24 juin au parc des Capucins dans le quartier Hauts-Pavés Saint-Félix avec une création spéciale pour les scènes vagabondes. Le chorégraphe Yvann Alexandre viendra présenter « Bleu » Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre qui interroge les suites de l’ecchymose, au CCNN mais a imaginé une extension gazonnante spécifique pour le parc. « Fossil » Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre questionnera les mots avec une construction fragile d’un danseur, une lectrice et 363 livres. « Pièce pour pièce » Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre interrogera les stéréotypes du jeune artiste et de l’artiste reconnu.

Quelques créations partagées, entre artistes et habitants sont présentées comme « Parlez-moi d’amour » entre musique et poésie, le 20 mai ; « Pays réel, pays rêvé » Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, entre poèmes, récits et architectures sonores, le 24 juin ; « Brise glace » Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre qui invente une pratique dansée de la langue, le 24 juin. En fil rouge du festival un village du livre jeunesse et BD sera là avec une programmation spécifique : dédicaces, ateliers, animations, recyclage de livres…

Mis à jour le 7 juin 2017