En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Un centre de consultation post-traumatique sur l'île de Nantes en 2019

angle Bd. Vincent-Gâche rue François-Albert. opération POLARIS sur îlot Brossette

Depuis 2014, la Ville de Nantes, des associations et des institutions nantaises travaillent à la mise en place d'un lieu d’accueil qui aide les femmes victimes de violence à se reconstruire. Ce centre de consultation post-traumatique verra le jour au deuxième semestre 2019, au sein de l'îlot Polaris sur l'Île de Nantes.

Chaque année en France, 201 000 femmes déclarent avoir été victimes de violences conjugales et 580 000 femmes font face à des violences sexuelles. Sur la métropole nantaise, l'Agence d'études urbaines (AURAN) estime à 24500 le nombre de femmes victimes chaque année de violences physiques et/ou sexuelles.

Face à ces constats et au témoignage des associations de terrain, la Ville de Nantes s’est engagée en 2014 à créer un centre de consultations post-traumatique pour accueillir et accompagner ces femmes. Ce projet a été travaillé en partenariat avec les associations nantaises qui accueillent les femmes victimes de violences.

Ce 3 avril marque une nouvelle avancée du projet : Johanna Rolland, Maire de Nantes a confirmé son ouverture en 2019 et annoncé sa future localisation. Il sera implanté sur le boulevard Vincent Gâche, sur une surface de 700 m2 au 7e étage d'un immeuble de bureaux en cours de construction, dans le programme Polaris. "A la fois sécurisant, bien desservi par les transports en commun et à proximité de l'actuel et du futur CHU, ce centre constituera une porte d'entrée unique, facilement identifiable", souligne le Maire.

Un espace de répit et une réponse coordonnée

Ouvert 7 jours sur 7 et 24h sur 24, le centre accueillera gratuitement les femmes victimes de violences et leurs enfants. Il ne se substituera pas aux permanences et actions déjà assurées par les associations mais offrira une réponse coordonnée. Avec 4 missions : accueillir et écouter, mettre à l'abri en urgence, apporter une aide globale médicale, juridique et sociale et enfin, aider à la reconstruction.

"L'idée, c'est que la femme n'ait pas besoin de répéter 10 fois son histoire et trouve, sur un même site, une réponse complète à ses demandes," souligne Aïcha Bassal, adjointe à l'égalité. Pour Elisabeth Massamba-Débat de l'association Solidarité femmes 44, qui a porté dès l'origine ce projet, "ce centre va permettre de professionnaliser la réponse pour mieux aider les femmes victimes de violences à s'autonomiser, se réparer et aller de l'avant". "Ce sera un fil rouge pour un accompagnement le plus fluide possible, qui limite au maximum les ruptures de parcours", ajoute Alice Etourneau-Llorca, du CIDFF.

Un projet construit avec l'ensemble des partenaires

Issu d'un travail collaboratif mené depuis 2014 et porté par la Ville de Nantes, ce futur centre de consultation post-traumatique est un projet unique en France par son approche globale et pluridisciplinaire. "Maintenant que nous avons choisi le lieu et posé les principes du projet, nous lançons une nouvelle phase de concertation pour définir l'agencement des lieux, la composition de l'équipe professionnelle qui sera affectée au centre et le rôle de chacun" précise Johanna Rolland. Objectif visé : ouvrir le centre de consultation en septembre 2019.

Mis à jour le 23 novembre 2018