En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

La Ville de Nantes acte son plan de développement des écoles

 école primaire Aimé Césaire IDN

Pour faire face au dynamisme démographique, la Ville de Nantes a dévoilé début 2018 un vaste plan de développement des écoles publiques nantaises. Plus de 140 nouvelles classes vont être créées d’ici 2022-2023 avec un investissement à hauteur de 180 millions d’euros.

Les petits Nantais sont toujours plus nombreux ! Depuis 2013, 75 nouvelles classes ont été créées dans les écoles publiques nantaises, y compris les dédoublements de classes de CP en secteurs prioritaires. Et d'ici 2022-2023, pas moins de 2 000 enfants supplémentaires devraient rejoindre les écoles maternelle et primaire publiques. Pour les accueillir dans de bonnes conditions, la Ville vient de dévoiler un vaste plan qui permettra de créer plus de 140 classes supplémentaires sur l'ensemble du territoire.

"C'est un effort financier majeur, qui nous engage à hauteur de 180 millions d'euros, souligne Johanna Rolland, maire de Nantes. Ce projet nous demande également de prévoir la création de postes en conséquence, notamment des ATSEM pour les classes de maternelle. L'éducation, premier budget de la Ville, nous tient tout particulièrement à coeur et nous faisons là le pari de l'avenir."

5 nouvelles écoles

En lien avec les grands projets de développement urbain, la Ville programme 4 nouveaux groupes scolaires de 16 classes chacun. Deux ont été actés au conseil municipal de juin 2017 : celui de la Caserne Mellinet Lien ouvert dans une nouvelle fenêtreprogrammé pour la rentrée 2021 et celui du Champ-de-Manoeuvre Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre sur Saint-Joseph-de-Porterie. Deux autres projets ont actés en conseil municipal du 28 juin 2018 :  un groupe scolaire de 8 classes ouvrira en 2020 sur le boulevard de la Prairie au Duc sur l’Île de Nantes  tandis qu'un groupe de 16 classes est programmé en 2022 : un sur Doulon-Gohards , en lien avec le nouveau quartier qui s'y profile. Enfin, pour apporter "un peu d'air" aux écoles du centre-ville, très contraintes dans leurs développements, l’ancien lycée Leloup-Bouhier va être transformé en groupe scolaire de 13 classes avec une ouverture à la rentrée 2020. Ces nouveaux groupes scolaires totaliseront 69 nouvelles classes, un peu moins de la moitié des créations prévues.

17 restructurations et extensions

63 nouvelles classes seront également crées au sein de 17 écoles existantes qui seront étendues ou restructurées. Parmi les premières réalisations, l'école Louise Michel sur l'Île de Nantes s'agrandit de 2 classes à la rentrée 2018,  Jacques Tati Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre sur Nantes-Sud proposera 3 classes supplémentaires à la rentrée 2019. "Pour tous les projets, écoles nouvelles comme extensions, l'enjeu majeur est de mutualiser au mieux les espaces pour en faire des lieux agréables à vivre sur le temps scolaire, périscolaire mais aussi extra-scolaire" souligne Myriam Naël, adjointe à l'éducation. C'est ainsi que le plateau sportif de la nouvelle école sur Mellinet pourrait être ouvert sur le quartier, en dehors des heures d'ouverture de l'école. Et pour penser des projets "les plus intelligents possibles", la Ville a fait le choix d'associer l'ensemble des acteurs éducatifs : l'éducation nationale, Nantes Action Périscolaire, l'ACCOORD et les associations de parents d'élèves.

La restauration scolaire évolue

Au delà des salles de classe et des espaces dédiées aux pratiques collectives, la Ville prévoit aussi de mettre à niveau son offre de restauration scolaire. Si aujourd'hui 7 élèves sur 10 déjeunent à la cantine, tous les nouveaux restaurants scolaires seront configurés pour accueillir 100% des élèves et plusieurs projets d'extension intègrent le redimensionnement du restaurant scolaire. La cuisine centrale du Perray Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, qui produit l'ensemble des repas, sera également réaménagée au deuxième semestre 2018 pour assurer la montée en puissance de la demande. Enfin, les études se lancent pour réaliser une nouvelle cuisine centrale à l'horizon 2023-2025.

Mis à jour le 3 septembre 2018