En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Les enfants des 113 écoles ont participé à un exercice de sécurité

ACTUALITÉS

Les enfants des 113 écoles ont participé à un exercice de sécurité

rentrée scolaire

Les 113 écoles publiques nantaises du 1er degré ont participé, mardi 29 mars, à un exercice de sécurité. L'objectif : apprendre à s'organiser et à se mettre en sécurité en cas de risque majeur comme une tempête.

Mardi 29 mars, de 9h15 à 10h30, les élèves et personnels des 113 écoles publiques nantaises se sont entraînées à faire face à un événement majeur, une tempête, en attendant l'arrivée des secours.

Cet exercice de sécurité entre dans le cadre du Plan particulier de mise en sûreté (PPMS), un dispositif obligatoire destiné à aider le directeur ou le chef d'établissement à assurer la sécurité de la communauté scolaire. En collaboration avec l'Education nationale, la Ville de Nantes a contribué à leur mise  en place progressive depuis 2007. Aujourd'hui l'ensemble des 113 écoles publiques est doté d'un PPMS opérationnel.

Comment déclencher l'alerte ? Où et comment mettre les élèves en sûreté ? Comment gérer la communication avec l'extérieur ? Quelles consignes appliquer avant l’arrivée des secours ? Voici le type de questions auxquelles prépare le PPMS.

Un scénario connu au dernier moment

L'an dernier, l'exercice portait sur la survenue d'un nuage toxique et exigeait le confinement des élèves et du personnel dans des zones dédiées. Le scénario proposé n'a été dévoilé qu'au dernier moment. Une fois alerté, le directeur a fait retentir une corne de brume pour avertir l'ensemble de l'établissement. En fonction de la situation, élèves et personnels ont alors mis en pratique les consignes de mise en sécurité délivrées par le directeur pour se mettre à l'abri.

« Cet exercice permet de s'entraîner et d'adopter les bons comportements pour se protéger du danger, souligne Agathe Moureaud, chargée de projets Risques à la Ville de Nantes. Ce dispositif est aussi intéressant pour les services de la Ville de Nantes et l'Education nationale afin de vérifier que le circuit d'alerte fonctionne bien. Enfin c'est l'occasion de rappeler aux parents qu'en cas d'événement majeur, ils ne doivent pas venir à l'école chercher leurs enfants et doivent limiter leurs appels téléphoniques auprès de l'établissement pour ne pas encombrer la ligne.»

Mis à jour le March 30, 2016