En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Basilique Saint-Donatien : un chantier loin d'être terminé

La première phase du chantier de rénovation de la basilique Saint-Donatien doit s'achever au printemps prochain. La deuxième phase, qui verra notamment la reconstruction de la charpente et de la toiture, devrait débuter fin 2017 et durer au moins deux ans.

Un an et demi après l'incendie qui a ravagé la basilique Saint-Donatien Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, de l'extérieur, on ne se rend pas bien compte de ce qui se trame derrière les imposantes structures posées sur le toit de la basilique. Pourtant, à l'abri de ces « parapluies » spectaculaires on ne chôme pas. « Depuis le début du chantier nous n'avons pas eu un seul moment d'arrêt », souligne Pierluigi Pericolo Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, architecte du patrimoine maître d’œuvre des travaux de mise en sécurité et de restauration du site qui travaille avec les équipes de Didier Bernardeau, en charge de projets au département du bâti de la ville de Nantes. Il faut dire que d'emblée, l'ampleur du chantier était considérable. « Il a fallu évacuer tous les gravas et entamer l'étaiement et la restauration des voûtes pour s'assurer de la sécurisation du chantier et maîtriser les risques », rapporte Pierluigi Pericolo. 

La rénovation des voûtes presque terminée

Depuis plusieurs mois les ouvriers de l'entreprise Lefèvre, en charge de la réalisation des travaux de mise en sécurité et de sauvegarde d’urgence de l’édifice reconstruisent les voûtes de la partie échafaudée du bâtiment qui ont énormément souffert, tant de l’effondrement de la charpente en feu, que de l'eau utilisée pour éteindre l'incendie. C'est un travail complexe et minutieux qui se fait pierre par pierre. « Nous devons maintenir la cohérence structurelle de l'édifice. Il faut donc que les pièces de rechange soient identiques à celles d'origine », explique l'architecte du patrimoine. Il restera ensuite à achever la réfection des voûtes des quatre premières travées de la Nef. Cette première phase de travaux a coûté 3,4 millions d'euros.

Une deuxième phase plus complexe

« La deuxième phase des travaux sera plus spectaculaire, mais aussi plus longue et plus complexe », assure Pierluigi Pericolo. En effet, il ne s'agit pas seulement de refaire la charpente et la toiture, ce qui représente déjà en soi un travail considérable, mais il faut également « revoir la maçonnerie, échafauder une autre partie de l'intérieur du bâtiment pour rénover les parties endommagées, refaire l’électricité ou le réseau de chauffage », ajoute l'architecte du patrimoine. Hélas, les équipes qui travaillent à la rénovation doivent désormais également compter sur un invité tout aussi imprévu qu'indésirable : la mérule, un champignon lignivore (qui se nourrit du bois humide), à traiter en priorité. Les travaux de réfection de la charpente et de la toiture devraient commencer à la fin de l'année 2017 pour s'achever, si tout va bien, au début de l'année 2020.

Mis à jour le 29 novembre 2016