En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Bas-Chantenay : une nouvelle vie se dessine pour l’immeuble Cap 44

Suite à la concertation citoyenne sur le devenir du site Cap 44 – les grands moulins de Loire, Johanna Rolland a dévoilé sa décision mardi 16 octobre. Le bâtiment sera partiellement conservé et réhabilité pour faire le lien entre la Loire et la Carrière Miséry.

Démolir, conserver ou transformer Cap 44 ? Ces trois scénarios Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre étaient à l’étude à l’occasion de la concertation citoyenne engagée au printemps dernier. Les habitants ont pu se prononcer sur le sort du bâtiment grâce à un formulaire mis en ligne sur le site de Nantes&Co Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre du 29 mars au 30 avril 2018. Pour leur permettre de cerner les enjeux du projet, deux temps publics d’information ont également été organisés en présence d’urbanistes, de paysagistes, de sociologues et d’experts.

Au total, 76 contributions individuelles et 4 contributions collectives ont été déposées. Une commission citoyenne indépendante, chargée de collecter et d’analyser les points de vue d’experts, les contributions des habitants et celles des associations, a remis un avis citoyen Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre aux élus le 18 juin dernier.

Un travail constructif pour Christian Clouet, membre de la commission : « Nous n’avons pas pris position, nous avons essayé de représenter un certain nombre d’idées. J’avais peur d’être une sorte de caution mais j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir été entendu. »

Valoriser le patrimoine existant

CAP44archive-734.jpg

Sur la base de ces recommandations, la Ville de Nantes et Nantes Métropole font aujourd’hui le choix de conserver partiellement et de transformer ce bâtiment en béton armé construit en 1895. « Au cœur de cette décision, il y a vraiment l’envie de révéler la valeur patrimoniale du bâtiment. Et il y aussi la volonté de se projeter en imaginant les usages de demain, comment faire le lien avec la Loire et comment gagner en transparence, » explique Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole.

Témoin du passé industriel nantais, le bâtiment s’inscrit dans l’histoire architecturale à l’échelle mondiale. « Cette construction fut la première réalisation de grande ampleur à utiliser le procédé Hennebique, révolutionnaire pour l’époque. Cette trace historique de l’architecture est un élément important », rappelle Olivier Chateau, adjoint au patrimoine. Pour mettre en valeur cette dimension architecturale, un étage témoin du procédé Hennebique sera conservé avec ses murs et ses poteaux et le porte à faux du pignon ouest sera réhabilité. Le bardage bleu, qui date des années soixante-dix, sera lui retiré.

Cap44_procede-hennebique734.jpg

La mutation de Cap 44 rejoindra les autres réhabilitations emblématiques de sites industriels nantais  : la Manufacture des Tabacs, la tour LU, les Nefs, les halles Alstom…  Dans le cadre du projet de renouvellement urbain du Bas-Chantenay, plusieurs autres édifices marquant l’histoire de ce quartier ont également entamé leur mue : la salle à tracer et les docks de Chantenay, l’usine électrique...

Un belvédère, trait d’union entre la Loire et la Carrière

«  Lors du débat Nantes, la Loire et nous, les Nantais nous avaient fait part de leur volonté de voir et de toucher la Loire, c’est une opportunité historique pour le faire », souligne Johanna Rolland. La partie Ouest de Cap 44 sera donc conservée et un belvédère, accessible au public, sera créé pour profiter d’une vue exceptionnelle sur le fleuve et l’Arbre aux hérons. La partie Est du bâtiment sera abaissée pour faire entrer la lumière dans la Carrière Miséry et le jardin extraordinaire. Par ailleurs, l’ouverture du rez-de-chaussée viendra également mettre en valeur la vue sur la Loire et la Carrière.

Un espace dédié à l’univers de Jules Verne

Conçu comme un lieu de proximité, Cap 44 abritera un espace dédié aux acteurs du quartier. Un autre espace de 1000 m2 devrait être réservé à une offre autour de la thématique des imaginaires, déjà très présente à Nantes. « Ce n’est pas un hasard si ce lieu est à quelques pas du musée Jules Verne, c’est de ce point de vue qu’il a vu passer les bateaux et les scènes de cette ville qui continuent d’exister et qui l’ont tant inspiré. C’est donc un projet particulièrement vernien », rappelle Aymeric Seasseau, adjoint au maire chargé de la lecture publique et des médiathèques.

Nantes Métropole Aménagement vient de racheter le bâtiment à l’assureur AXA pour 1 million 250 mille euros. Côté calendrier, la démolition du garage et du parking situés à proximité de Cap 44 est prévue pour mi-2019. Les premières interventions sur le bâtiment sont envisagées pour mi-2020.

En savoir plus

Pour prendre connaissance de la décision de la Ville et de la Métropole et s’informer des avancées du projet, rendez-vous sur www.nantesco.fr Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre.

Mis à jour le 17 octobre 2018