En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

[Dossier] Nantes en fêtes

Calendrier de l’Avent : une question par jour avec Aurore Petit

Le calendrier de l’Avent 2018, dont une fenêtre s’ouvre chaque matin au château des ducs de Bretagne, est l’œuvre d’Aurore Petit. L’illustratrice dévoile ses secrets de fabrication.

Nantes en fêtes Noël calendrier de l'Avent au Château des ducs de Bretagne  Pour sa troisième édition, le calendrier de l’Avent se déploye tout au long du mois de décembre sur les fenêtres du bâtiment des expositions. Après Tangui Jossic et Delphine Vaute, c'est au tour d'Aurore Petit de proposer son calendrier à l'occasion des fêtes de Noël.

Quel calendrier de l’Avent avez-vous choisi de proposer ?
Les années précédentes, les calendriers étaient des contes de l’Avent qui racontaient une histoire. J’ai voulu renouer avec la tradition germanique des calendriers de l’Avent qui offrent une surprise, une gâterie chaque jour pour attendre Noël. Cela ressemble aussi davantage à mon travail qui n’est pas forcément narratif – j’écris notamment des imagiers. Je ne voulais pas non plus frustrer les spectateurs qui ne viennent pas tous les jours au château et qui n’auraient pas eu l’histoire complète.

Comment avez-vous imaginé ce calendrier ?
Nous sommes dans le château, donc j’ai souhaité proposer une galerie de personnage en lien avec lui. Il y autant de gens du peuple que de nobles, quasiment autant de femmes que d’hommes, et des animaux. Chaque personnage pose une question qui met le spectateur dans une attitude dynamique, pas seulement passive de lecteur. La question l’interpelle, l’amène à une réflexion. L’objectif est d’amener les adultes et les enfants à en parler ensemble.

Quelles techniques avez-vous utilisées pour créer les personnages ?
C’est un dessin à la plume, à l’encre de Chine puis colorisé numériquement. Mes dessins peuvent rappeler certaines représentations médiévales, notamment par le trait noir et cerné comme sur des vitraux, mais la mise en couleur est très vive, afin de donner un rendu assez pop. Je voulais que le texte et le dessin soient bien visibles, en supprimant le non-indispensable pour garder l’efficacité du message, à la manière d’une affiche.

Qu’est-ce qui vous a plu dans cette création ?
Je n’avais jamais habillé de façade de cette façon. Il a fallu penser la place de chaque personnage sur les fenêtres puis l’ensemble une fois découvert, comme une chorégraphie.
C’était avant tout un travail d’écriture avec un gros travail de conception où le dessin sert le propos du texte. La partie la plus ludique a été de trouver les questions, les thèmes à aborder et quel personnage poserait quelle question. Avec la forme interrogative j’ai pu me permettre d’être un peu impertinente. Celle que je préfère est l’Ecclésiastique (dévoilée le 11 décembre NDLR). D’ailleurs sur ma page Facebook Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre, des gens répondent aux questions, ça me plaît. Il y a notamment eu beaucoup de réactions sur celle de la Duchesse : « Pensez-vous que le pouvoir se partage ? »