En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Les grues jaune et noire inscrites au titre des monuments historiques

Le port de Nantes avec la Loire fleuve grue jaune tourisme ciel nuage

Situés sur l’île de Nantes et dans le Bas-Chantenay, ces éléments du patrimoine industriel nantais bénéficient désormais d’une protection.

La grue Titan grise, datant de 1969 et classée monument historique en 2005, n’est plus la seule à bénéficier d’une protection. Ses deux « sœurs » les plus connues, la grue Titan jaune (1954) et la grue noire des anciens chantiers Dubigeon (construite en 1942 et reconstruite en 1953) sont depuis la fin octobre inscrites au titre des monuments historiques. La décision fait suite à un avis favorable émis en avril 2018 par la Commission régionale du patrimoine et de l'architecture (CRPA).

La Ville de Nantes possède désormais 3 des 5 grues protégées au titre des monuments historiques en France. « Par cette décision, l’État reconnaît la valeur patrimoniale des deux grues », analyse Olivier Absalon à la direction municipale du patrimoine et de l’archéologie. Et Olivier Chateau, adjoint au patrimoine, de rappeler : « Centre industriel le plus important de l'ouest de la France depuis le 18e siècle, Nantes a su maintenir vivant son patrimoine industriel et portuaire, notamment à travers des aménagements urbains et des reconversions architecturales remarquables. »

Gruenoire18734.jpg (Les quais de Trentemoult)

L’histoire des grues jaune et noire ne s’arrête pas là, car leur classement sera examiné au niveau national en 2019. La distinction entre inscription et classement se comprend selon le rayonnement de l'intérêt patrimonial d'un édifice : ainsi le classement s’effectue à un niveau national et l’inscription à un niveau régional.

Le classement est particulièrement important pour la grue noire, car il permettra de solliciter des participations financières pour sa restauration – les travaux de préservation sont estimés à 3,5 M€. L’implantation à son pied, en 2020, d’une station de navette fluviale Lien ouvert dans une nouvelle fenêtredoit favoriser la programmation de cette opération.

Mis à jour le 16 novembre 2018