En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

[Vidéo] La statue des cerfs de retour au Jardin des plantes

 la statue "Les Cerfs au repos" au Jardin des plantes

Le cerf, la biche et le faon, séparés par la Seconde Guerre mondiale, ont retrouvé Nantes à l’occasion des Journées du patrimoine 2018 !

L’histoire étonnante des « Cerfs au repos », une statue de bronze réalisée en 1900 par le sculpteur animalier Georges Gardet (1863 – 1939), représentant une famille de cervidés, trouve enfin son épilogue.

Cette sculpture impressionnante par sa taille était la plus importante du Jardin des plantes : 5 mètres de haut, 3,5 mètres de large et 2,30 m de profondeur. Mais l’oeuvre a subi de profonds dommages pendant la Seconde Guerre mondiale. Démontée en vue d’être fondue pour faire des munitions, la famille de cervidés a été séparée pendant de longues années.

« Il ne restait que le faon sur son socle », explique Marc Couronné, architecte à la direction du patrimoine et de l’archéologique de la Ville de Nantes, qui a décidé de procéder à une restauration complète en 2017. Égaré pendant un temps, le cerf – qui pèse à lui seul 1,5 tonne – a été retrouvé les pieds cassés, sans ses bois et ses oreilles au Parc du Grand-Blottereau. La biche, elle, a complètement disparu.

« Un minutieux travail de relevé numérique 3D réalisé par l’entreprise Creaform a permis de recréer les éléments manquants à partir d’une statue identique conservée au Parc de Sceaux », détaille Marc Couronné. La biche et les éléments manquants du cerf ont ensuite été coulés au Fonderies de Coubertin, spécialiste des statues monumentales. Coût de la restauration, financée par la Ville : 230 000 euros.

Le trio de cervidés ainsi reformé a été inauguré vendredi 14 septembre à l’occasion des Journées du patrimoine 2018. La statue trône désormais dans la nouvelle « allée des cerfs », située dans la partie basse du Jardin des plantes, face à la nouvelle entrée qui sera créée début 2019, à l’angle des rues Ecorchard et Stanislas Baudry dans le cadre du projet de la nouvelle gare.

Mis à jour le 17 septembre 2018