En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Nantes dans le top 3 des villes les plus vertes de France

 magnolia

L’Observatoire des villes vertes a décortiqué la politique de végétalisation des 50 plus grandes villes de France. Une nouvelle fois, Nantes arrive à la 2e place, avec l’objectif de mettre « la ville dans un jardin ».

Angers, Nantes et Strasbourg. C’est le podium du palmarès 2017 des villes les plus vertes de France. L’enquête, réalisée dans le cadre de l’Observatoire des villes vertes, a passé au crible la politique espaces verts des 50 plus grandes villes de France. 25 indicateurs sont pris en compte : du nombre de mètres carrés d’espaces verts accessibles au public à la présence d’un plan de gestion écologique des arbres, en passant par les surfaces de toitures végétalisées ou les méthodes de désherbage.

PalmaresvertesInfographie217496.jpg

Nantes, championne de l’investissement vert

Angers et Nantes faisaient déjà la course en tête dans le premier palmarès des villes vertes, en 2014. Les deux cités de l’Ouest, héritières d’une histoire horticole riche, sont celles qui  misent le plus sur leurs espaces verts. Elles se distinguent aussi par leur exemplarité en matière de préservation de la biodiversité.

Nantes est la ville de France qui investit le plus dans le développement de son patrimoine végétal. « La métropole du Grand Ouest fait preuve d’un volontarisme important en faveur de la nature en ville », note Catherine Muller, présidente de l’Unep (Union nationale des entreprises du paysage), auteur du palmarès. Elle consacre en moyenne 135 euros par an et par habitant à l’entretien et à l’aménagement de ses espaces verts, soit trois fois plus que la moyenne nationale (46,50 euros). En 2016, la cité des ducs a investi plus de 17 millions d’euros dans la création de nouveaux espaces de respiration. « C’est près de 4 fois plus que les autres villes ! » Exemples ? En 2017, le parc des Capucins va être agrandi de 3000 m², le square de l’île de Versailles rénové et, dès le printemps, les Nantais pourront profiter de la douceur de l’Erdre depuis le square du Maquis-de-Saffré, entièrement réaménagé.

PalmaresvertesInfographie517496.jpg

« La ville dans un jardin »

Le maire de la cité des ducs de Bretagne, Johanna Rolland, ne cache pas son ambition de faire de Nantes « la ville dans un jardin ». Son projet d’étoile verte en est l’illustration. Ce grand parcours des parcs nantais reliera à termes tous les espaces verts et les coulées vertes existants pour offrir une balade du Jardin des plantes jusqu’à l’Arbre aux hérons, nouvelle attraction des Machines de l’île qui poussera au coeur d’un jardin extraordinaire dans la carrière du Bas-Chantenay, en passant par la place de la Petite-Hollande et le quai de la Fosse réaménagé.

Pour l’Observatoire des villes vertes, Nantes est « un exemple inspirant ». Selon lui, les grandes villes françaises restent trop pauvres en espaces verts. « Ils représentent moins de 5 % du foncier quand les voiries et infrastructures de transport occupent jusqu’à 25 % de la surface des villes ». Pourtant, les bienfaits du végétal en ville ne sont plus à démontrer : cadre de vie, santé, lien social, qualité de l’air… La nature en ville est aussi un atout pour l’attractivité, rappelle l’enquête : 85 % des Français choisissent leur logement en fonction de la proximité d’un espace vert, et 11 % des touristes considèrent les parcs et jardins comme l’une des principales raisons de leur venue. Nantes, avec son festival « La Folie des Plantes » qui attire plus de 40 000 visiteurs début septembre, l’a bien compris !

Les chiffres clés

  • 37m² : le nombre de m² d’espaces verts dont dispose chaque Nantais.
  • 300 m : il s’agit de la distance maximale qui doit séparer chaque Nantais d’un espace vert, selon les objectifs fixés par la ville.
  • 17 millions d’euros : le budget consacré tous les ans à la création de nouveaux espaces verts, soit près de 4 fois plus que la moyenne des grandes villes de France.
  • 110 projets de végétalisation participatifs (pied d’arbres ou de murs, friches…) seront accompagnés par la ville dans le cadre de l’appel à projets « Ma rue est un jardin ». Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre
Mis à jour le 14 mars 2017