En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

Scopitone : les codes de l’art

OLYMPUS DIGITAL CAMERA projet Scopitone dans les pages cultures du Nantes Passion de septembre
Ainsi que les légendes et copyrights
Myriam Bleau - Stories of Mechanical Music (c) Myriam Bleau
YiLab - W.A.V.E (c) Hsu Ping
Guillaume Marmin - Licht, Mehr Licht ! (c) Guillaume Marmin
Scopitone 2016 - Nuit electro - Stereolux (c) David Gallard - Clack

Scopitone, le festival des cultures électroniques et des arts numériques, se déroule du 20 au 24 septembre dans le cadre de la Nantes Digital Week. Aperçu de la programmation et de l’esprit de la 16e édition.

« C’est un festival que l’on espère jouissif et un peu fou », lance Éric Boistard, le directeur de Stéréolux. Soixante-dix artistes venus d’une quinzaine de pays proposent, pendant cinq jours, expositions, installations, performances, workshops, tables rondes et autres concerts, dont deux « nuits électros », de 21 h à 5 h du matin sous les nefs de l’île de Nantes et dans les salles maxi et mini de Stéréolux, et, en off, nombre de dj sets dans les cafés estampillés culture Bar-Bars. « Nous continuons d’explorer le différentes facettes de la techno, entre minimale, martiale, ambiant, organique, Idm », précise Jean-Michel Dupas, le programmateur musical du festival. Les très jeunes pousses qui « n’ont pas encore sorti d’album » (Collectif nantais maison acid) y côtoieront les « figures tutélaires » (Roman Flügel, Recondite).

 

 

Réflexions électroniques

« Nous voulons également que Scopitone soit un moment de réflexion et de transmission », indique Éric Boistard. Le festival portera, par exemple, un « regard critique sur l’ère numérique, sa relation à la nature, à la technologie », s’interrogera sur « l’intelligence artificielle créatrice d’œuvre d’art » (Remote memories, de Yannick Jacquet et Before Tigers, AI DJ Project, du duo japonais Qosmo) et sur « l’obsolescence » (Stories of mechanical music de Myriam Bleau).

Pour la première fois cette année, Scopitone investit la maison des arts à Saint-Herblain, Médiacampus, le musée d’Arts et la scène Michelet.

5 rendez-vous à ne pas manquer

Scopitone en famille. C’est une programmation adaptée aux plus jeunes spectateurs (dès 6 mois). Ils se laisseront porter par la Rêverie électronique de Jesse Lucas, le créateur de Rick le cube, ou explorerons le cosmos avec Wilfried Della Rossa et Before Tigers.

Les rendez-vous pros. Les artistes de Scopitone rencontrent les professionnels et les amateurs éclairés lors de mini-conférences, workshop, masterclasses et tables rondes. Des rencontres qui permettent d’aller à la découverte, « dans des conditions privilégiées », des « environnements immersifs » de Maolik ou de débattre de « l’ère post-numérique ».

Les visites scolaires. Visites guidées des expositions et des installations, pour les petits (CP) et les grands (étudiants). Gratuit sur inscription. Melanie.legrand@stereolux.org

Abstrack-tions électroniques. Les artistes nantais livrent, au château des Ducs, au jardin des plantes, dans la Cale des créateurs et à Stéréolux, leurs visions des musiques électroniques.

Installation dans la carrière Chantenay. Le collectif Coin propose Abstract. L’écoulement du temps est une illusion, une réflexion sur le temps qui s’écoule ou qui ne passe pas, c’est selon. Session de 15 min. Gratuites. Une installation qui s’inscrit dans la Nantes Digital Week.

En savoir plus

Mis à jour le 6 septembre 2017