En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

La transition énergétique en action dans la ville

Quatre exemples qui montrent comment améliorer la performance énergétique des logements et des équipements.

205 € d’économies par an pour les locataires de la tour de Madrid

Construite au début des années 1970 à Malakoff, la tour de Madrid a été réhabilitée entre 2007 et 2009 par La Nantaise d’Habitations. À l’extérieur, l’isolation des façades a été renforcée avec de la laine de roche recouverte d’un bardage en aluminium. Avec ce manteau thermique de dix centimètres d’épaisseur, finies les pertes de chaleur ! Sur le toit, des panneaux solaires ont été installés. Dans chacun des 82 logements, les fenêtres ont été remplacées et les loggias fermées. Le gain énergétique, après la rénovation, atteint 70 %, proche d’un niveau BBC avec une consommation de 66kWh/m²/an. « Les locataires enregistrent ainsi sur leur facture d’énergie (chauffage et eau chaude) une économie d’environ 250 € par an », souligne Patrick Elias, de la Nantaise d’Habitations.
 

Une énergie verte pour l’Île rouge

L’immeuble, avec sa peau en métal rouillé - de l’acier Corten - ne passe pas inaperçu ! Situé rue La Noue-Bras-de-Fer face aux anciennes halles Alstom, il abrite notamment les bureaux de l’agence d’architecture Forma 6 qui a conçu ce bâtiment très compact, « un gage pour éviter les déperditions énergétiques, explique Xavier Bouanchaud de Forma 6. Cofinancé par le promoteur ADI, il est peu gourmand en énergie avec 32 kWh/m²/an, soit 18 de moins que la norme BBC. » Il répond d’ailleurs aux exigences du programme européen Concerto mis en place sur l’Île de Nantes. Son objectif ? Développer la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables. Concrètement, le plancher chauffant de l’Île rouge est alimenté par une pompe à chaleur et la toiture est dotée de panneaux photovoltaïques, couvrant ainsi une partie des besoins électriques du bâtiment.
 

Un quart des Nantais seront raccordés aux réseaux de chaleur

Avec les réseaux de chaleur – schématiquement, des canalisations qui transportent de l’eau très chaude pour le chauffage –, Nantes Métropole passe la vitesse supérieure. « C’est essentiel pour atteindre l’objectif de la maîtrise énergétique. À Bellevue, l’actuel réseau de chaleur à gaz, dont bénéficient déjà 7 000 logements, va être complété par une chaufferie à bois livrée en janvier 2013. Cette extension va permettre de desservir 6 000 logements supplémentaires », explique Maryline Guillard, directrice de la mission énergie et environnement de Nantes Métropole. Autre projet très ambitieux : l’extension du réseau de chaleur qui actuellement couvre Malakoff, Pré-Gauchet, et Beaulieu. À partir de 2013, ce réseau va couvrir l’est, puis une partie des quartiers nord, du centreville et de l’île de Nantes. Ce sera à terme l’un des trois plus grands réseaux de chaleur en France puisque près d’un quart de la population de Nantes y sera raccordée. Il sera complété par l’aménagement de trois chaufferies à bois. Ce choix énergétique permet aussi une stabilité des tarifs et des charges de chauffage pour les ménages raccordés sur une durée de vingt ans. C’est un moyen de lutter efficacement contre la précarité énergétique.
 

Le stade d’athlétisme couvert va produire de l’énergie

En cours de construction sur le campus pour une livraison prévue en juin 2013, le stade d’athlétisme couvert de Nantes Métropole traduit la volonté de faire appel de plus en plus aux énergies renouvelables. Pour preuve, une centrale photovoltaïque de 4 000 m² sera installée sur son toit. « Cet équipement produira plus de deux fois ses besoins en énergie qu’il n’en consommera », précise Christophe Saudrais, de la direction des projets d’équipements de Nantes Métropole.

 

L'abécédaire de l'énergie
  • BBC : bâtiment basse consommation. Niveau de performance énergétique élevé, il est obligatoire pour le bâti neuf à partir de 2012. Pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire et l’éclairage, la consommation est de 50kWh/m²/an.
  • Bepos : bâtiment à énergie positive. Il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. comment ? Généralement, au moyen d’équipements photovoltaïques raccordés au réseau électrique et grâce à une très forte isolation thermique. en 2020, il constituera la réglementation thermique.
  • HQE : haute qualité environnementale. cette démarche prend en compte les exigences du développement durable à travers 14 points (ou cibles) dont celui de l’énergie dans la construction d’un bâtiment.
     
Pour en savoir plus
  • Espace Info Énergie Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre
  • Allo Climat : 02 40 415 555 (prix d’un appel local), du lundi au vendredi de 8 h à 19 h et le samedi de 8 h à 13 h. Ce service téléphonique géré par Allonantes propose des conseils pour alléger sa facture d’énergie. et des informations sur les différentes aides financières existantes (Nantes Métropole, Région, État).
  • Ademe : l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie met en ligne des guides pratiques. http://ecocitoyens.ademe.fr Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre

Sites de la communauté
Publications