En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Sport : les Nantais jouent le jeu

Sport : les Nantais jouent le jeu

À Nantes, le sport se porte bien. Il s'appuie sur un tissu associatif dynamique et le soutien affirmé de la municipalité. Pratiques classiques ou émergentes, compétitives ou de loisirs, le choix est vaste pour favoriser l'accès au sport pour tous.

Sur la plaine de jeux de la Durantière, des jeunes filles s ’entraînent sur le terrain de foot synthétique. Sur l’un des courts de tennis en accès libre, le filet tremble sous une balle mal ajustée. Plus loin, un groupe court sur la piste autour du terrain gazonné. À Nantes, le sport va bien. Dans les équipements sportifs ou sur l’espace public, il se développe partout dans la ville. Il évolue également avec l’essor d’une pratique en quête de bien-être, de santé dans une optique de loisirs, pas nécessairement tournée vers la compétition.
 

Sport, loisirs et bien-être

Les Nantais disposent d’un choix étoffé d’associations soutenues par la Ville. Sans elles, pas de sport à Nantes ! Elles maillent tous les quartiers et sont gérées et animées par des milliers de bénévoles. « Elles sont les garantes de la diversité en termes de pratiques et de disciplines », souligne Jean-Yves Bieuzen, président de l’office municipal du sport (OMS) de Nantes. Organisme à caractère consultatif, l’OMS représente le mouvement sportif local auprès de la collectivité et des instances fédérales. « Le défi aujourd’hui est de prendre en compte l’évolution du sport et des attentes du public. L’accompagnement et le soutien des sports émergents font partie de notre nouveau cap. Tout comme la prise en compte de la pratique hors des clubs, dans un cadre de sport loisirs et bien-être », poursuit Jean-Yves Bieuzen. Le succès des courses hors stade comme les Foulées du tram, Odyssea ou le trail urbain de Chantenay, le confirme. Elles drainent des milliers de participants qui, pour beaucoup, n’ont pas de licence en club. La Ville, en soutenant ces manifestations, accompagne cette tendance.

Au Nantes Nord boxing club, on ne recherche pas la performance : « C’est l’insertion par le sport qui prime, avec des valeurs éducatives et citoyennes. Nous offrons une activité de proximité accessible dans un cadre où chaque pratiquant peut s’épanouir, souligne Radhia Essassi, la présidente. 40 % des licenciés sont des filles. Le sport peut avoir aussi une fonction d’émancipation pour les femmes, notamment dans les quartiers populaires, où il n’est plus réservé qu’aux garçons, ce qui était le cas quand j’étais jeune. »
 

Des moyens engagés

Avec 45 M€ de budget consacrés au sport dont un tiers consacré aux investissements, la Ville met en oeuvre les conditions pour le développement du sport à Nantes. Outre une aide financière aux clubs de 8 M€ et la mise à disposition des 334 équipements sportifs répartis sur 157 sites et installations, elle apporte un soutien particulier à certaines disciplines. Comment ? Par des plans de développement, en concertation avec les clubs et les fédérations. Ils engagent des moyens financiers sur plusieurs années, fixent un cap – de l’initiation jusqu’au plus haut niveau – et des objectifs communs entre la Ville, les clubs signataires, l’OMS et leurs fédérations pour la promotion et le développement des disciplines concernées. C’est l’une des spécificités du sport nantais. Les plans Cité-Foot, nautiques (voile, aviron, canoë), handball et handisport témoignent d’une approche collective du sport. Les pratiques émergentes – glisses urbaines, double-dutch, roller-derby ou kinball – sont aussi valorisées avec un accueil dans les installations municipales, un soutien financier et un accompagnement pour le montage de manifestations.

D’autre part, une politique ambitieuse d’équipements (gymnases, plaines de jeux, stades, piscines, murs d’escalade…) est menée dans tous les quartiers nantais. Elle permet ainsi la pratique de 115 disciplines sportives différentes ! La Ville entretient son patrimoine avec un programme de rénovation et de réhabilitation. Exemples récents : les gymnases Malakoff 4 et Joël-Paon en 2012. De nouveaux équipements sont créés : cinq terrains de foot synthétiques supplémentaires d’ici à 2014 ; le futur stade couvert d’athlétisme sur le campus ( juin 2 013) et la nouvelle base nautique à la Jonelière (fin 2013), un site pour la pratique du BMX à Nantes Nord livré en 2012 ainsi que deux nouveaux gymnases, l’un à Bottière- Chénaie (avec un mur d’escalade), et l’autre à Malakoff (été 2013). Plutôt que d’accueillir l’Euro de football 2016, Nantes a fait le choix d’investir dans ses équipements pour les quartiers et les clubs.

 

Le sport à Nantes en chiffres
  • 45 M€ : c’est Le budget consacré au sport (9 % du budget de la Ville), dont un tiers dédié aux investissements.
  • 384 clubs et associations sportives.
  • 115 disciplines pratiquées.
  • 334 équipements sportifs répartis sur 157 sites et installations. Ils sont gérés par 200 agents municipaux.
  • 60 000 licenciés.
  • 1 million d’entrées annuelles dans les six piscines nantaises.
« Le défi aujourd'hui est de prendre en compte l'évolution du sport et des attentes du public »
Jean-Yves Bleuzen, président de l'Office municipal du sport de Nantes.