En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Le microcrédit en pratique

photo microcrédit  micro-crédit
Une voiture qui tombe en panne, un découvert qui se creuse, des factures trop lourde pour le budget, les réalités quotidiennes sont parfois difficiles à assumer quand les revenus sont bas. Depuis 2010, la Ville de Nantes a mis en place un dispositif de microcrédit, qui permet de faire face aux imprévus de la vie et aux difficultés budgétaires.
 

Le microcrédit nantais

À Nantes, 23 500 ménages sont dans ce cas, dont 10 000 « travailleurs pauvres ». La direction des solidarités, basée au Centre communal d’action sociale (CCAS), s’est organisée pour répondre plus concrètement à ces personnes en difficulté. Elle a créé notamment une mission « conseil en finance personnelle », qui reçoit ce type de demande. 702 microcrédits ont été accordés entre janvier 2010 et décembre 2012.
 

En quoi consiste le microcrédit ?

C’est un crédit, à un taux de 3,5%, d’un montant maximum de 3000 €, remboursable sur 36 mois au plus. Pour accorder un microcrédit, les conseillers en finance personnelle regardent le «reste à vivre» du ménage, qui doit être autour de 200 €. Il faut pouvoir rembourser de petites échéances, de 40 à 80€. Sept banques se sont associées au dispositif, dont le Crédit municipal de Nantes.
 

À quoi sert le microcrédit ?

C’est une réponse à des dépenses imprévues: achat d’un appareil électroménager, financement du permis de conduire… il sert également à racheter ou lisser des dettes qui s’accumulent, quand elles ne sont pas trop élevées, d’où l’intérêt de bénéficier de l’accompagnement des conseillers en finance personnelle.
 

Le microcrédit est-il toujours accordé ?

30 % des demandes n’aboutissent pas, pour différentes raisons: des «reste à vivre» trop faibles, un endettement trop lourd, un projet peu réfléchi ou pas abouti. La Ville doit veiller à la solvabilité mensuelle des bénéficiaires. Le microcrédit doit s’inscrire dans un projet ou un rachat de dettes qui ne peut être financé par le crédit bancaire classique, l’idée étant que les personnes qui passent par cette étape-là puissent ensuite réintégrer le circuit bancaire «normal».
 

Qui sollicite les microcrédits ?

Des femmes seules avec enfant(s), des retraités modestes, à qui la banque ne veut pas prêter d’argent, des personnes qui ne sont pas dans les bonnes «cases» pour bénéficier des aides classiques… Le premier motif de demande concerne l’endettement (impayés de loyer ou autres). Pour le reste, ce sont des imprévus de la vie: principalement des frais liés à la mobilité (réparation ou achat de véhicule pour aller travailler), ou au logement: achat d’électroménager, d’ameublement…

 

Le microcrédit en chiffres
  • 57% des demandeurs sont des femmes (seules avec enfants le plus souvent).
  • Les montants empruntés sont autour de 2000€ (le maximum est de 3000€), avec des mensualités entre 40 et 80€, sur des durées de trente-six mois en moyenne.
  • 52% de ces crédits concernent des problèmes d’endettement.
  • 48% des imprévus de la vie, parmi ces 48% on a: 58% : aide à l’achat d’un véhicule, permis de conduire etc, pour l’insertion professionnelle et 27% : dépenses de logement (équipement, mobilier).
2 000€
C'est le montant moyen emprunté pour un microcrédit.
52%
des microcrédits concernent des problèmes d'endettement.

Sites de la communauté
Publications