En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Le Mémorial et au-delà

Quelques clés historiques et géographiques replacent la traite atlantique dans son contexte. . Balthazar.
À travers le site du mémorial, c’est toute une histoire qui se raconte.

C’est l’histoire d’une ville qui a été un grand port négrier, pour des raisons qui s’inscrivent dans un contexte particulier. Celle de peuples opprimés, les Africains et les Antillais, qui ont chacun vécu cette tragédie différemment. Celle de la triste réalité du monde d’aujourd’hui, qui continue à réduire en esclavage des êtres humains.
 

Des clés pour comprendre

Le Mémorial est l’élément-clé d’un parcours plus global qui permet de mettre en résonance d’une part l’histoire, d’autre part la mémoire de la traite négrière, de l’esclavage et de ses abolitions. Une signalétique dans la ville doit amener les passants vers le Château et son musée d’Histoire. Un programme pédagogique se construit. « Notre souhait est que le Mémorial ne soit pas pris que pour lui-même. Dès son ouverture, des outils seront à la disposition des enseignants avec différentes thématiques : histoire de la traite, l’exemple nantais ; histoire des abolitions et contexte nantais ; citoyenneté et droits de l’homme ; rôle des philosophes dans l’émergence des mouvements abolitionnistes, etc. On présente les faits et on montre comment une ville se réapproprie cette histoire et l’expose dans l’espace public », explique Irène Gillardot, animatrice du patrimoine à la ville.

Des visites thématiques seront également proposées au grand public. En continuité, le musée d’Histoire de Nantes a voulu faciliter la lecture de cette histoire aux visiteurs. « Pour montrer l’histoire dans son contexte global de l’époque, nous avons créé des pictogrammes en salle, qui permettent de repérer les objets, tableaux, documents liés à cet épisode complexe », précise Krystel Gualdé, responsable des collections au musée d’Histoire de Nantes. « À partir de documents historiques, nous cherchons à montrer la réalité de ce trafic très organisé, qui marque le début d’une forme de mondialisation économique, entre Europe, Afrique et Antilles. Mais aussi en quoi cela contribue à enrichir tout un territoire, l’estuaire de la Loire et comment cette histoire a du mal à se terminer, puisque des députés de l’époque se sont battus pour maintenir la traite… »

En complément de la signalétique du musée, un visioguide, avec un contenu enrichi et permettant une visite autonome, sera aussi proposé aux visiteurs.

350 000
C'est le nombre d'hommes et de femmes victimes de travail forcé dans les pays industrialisés
27 000 000
C'est le nombre d'hommes, de femmes et d'enfants en situation d'esclavage dans le monde

Sites de la communauté
Publications