En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Au coeur du dialogue

À quoi servent les conseils de quartier ou les ateliers citoyens ? Comment implique-t-on les Nantais dans les décisions ? Récits.
 

Améliorer la marche et le vélo

Comment favoriser la marche à pied et le vélo dans votre quartier ? Dix des onze conseils de quartier nantais se sont saisis de la question posée par Nantes Métropole pour faire des propositions concrètes d’aménagements. Visites de terrain, travail sur plan, discussions… « Les participants se sont fortement impliqués », apprécie Fabrice Bichon, ingénieur à la Mission déplacements doux. Entre militants pro-vélo, accrocs à la voiture et piétons purs et durs, le débat a parfois été vif. « Mais la discussion a été très productive. » La formule, distinguée par un prix européen (2e prix de la participation publique du réseau de villes Civitas) était un peu nouvelle : « C’est la première fois qu’on arrivait devant les habitants avec des plans vierges ». À Nantes Sud, l’un des participants a cartographié tous les défauts des rues et trottoirs, les liaisons manquantes… Son logiciel a servi de base de travail au groupe. Nantes Métropole va consacrer 1,9 millions d’euros pour réaliser, dans chaque quartier nantais, deux ou trois aménagements jugés prioritaires par les habitants. Ainsi à Nantes Sud, un « chaussidou » (chaussée à circulation douce, favorisant les vélos) sera aménagé dès le printemps 2013 rue Gabriel-Goudy et une partie de la rue Frère-Louis sera réaménagée l’été prochain pour améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes.
 

Penser l’île de nantes en fonction des habitants

Fin 2011, un groupe de 24 citoyens, habitants de Nantes, de l’île ou de l’agglo, a planché sur le développement de l’île de Nantes. « Cet atelier avait pour but d’alimenter la réflexion des urbanistes dans la définition de la phase 2 du projet urbain », explique la Samoa, chargée d’aménager l’île. Pendant six jours, ponctués de visites et d’interventions d’experts, ils ont passé au crible la question de l’habitat, de la mixité sociale, des transports, de l’accessibilité de l’île, du commerce… Leurs conclusions sont consignées dans un avis très fouillé. « Cela a entraîné un foisonnement d’idées, souligne Jean-Luc Charles, directeur général de la Samoa. Toutes les suggestions n’ont pas abouti, mais certaines propositions ont été âprement discutées et ont permis de réorienter certains choix ». Comme l’implantation d’un marché nocturne, ou l’idée de conciergeries de quartier. Autre exemple ? En réponse à leur demande pressante de prévoir des logements évolutifs, mieux adaptés aux changements familiaux et aux nouveaux usages, la Samoa a engagé une réflexion approfondie avec des promoteurs et des architectes. « C’est une satisfaction de voir certaines de nos idées reprises, avoue Sylvie Cuault, pourtant plutôt sceptique au départ. Il y a eu un vrai échange, franc. L’atelier demandait un investissement important : trois fois deux jours ! Mais j’ai beaucoup appris. Aujourd’hui, je ne traverse plus l’île comme avant ! »
 

Concevoir une nouvelle médiathèque

La médiathèque Lisa-Bresner ouvrira ses portes en septembre 2013 à Bellevue, à l’angle de la rue du Jamet et du boulevard Romanet. Avec une quinzaine d’autres habitants du secteur, Michel, Sophie, Pascale et Jean-François ont participé activement à sa conception, dans le cadre d’un atelier issu des conseils de quartier Bellevue- Chantenay et Dervallières/Zola. En un an, le groupe s’est réuni une douzaine de fois et a visité quatre bibliothèques. Les participants ont également sondé les attentes des jeunes via un questionnaire. « Cette médiathèque leur est dédiée ! rappellent-ils. Il nous paraissait important de tenir compte de leur avis ». Plusieurs propositions faites par les habitants vont être reprises par la Ville, comme la constitution d’un fonds de livres de cuisine ou la mise en place d’une signalétique indiquant les temps pour se rendre à pied à l’équipement… « Ce travail a fait bouger les lignes », explique Émilie Fouvry, conservateur à la bibliothèque municipale. Peut-être pas autant que certains l’auraient souhaité. Mais le dialogue a permis des améliorations. Exemple ? La création d’un accès direct au jardin pour sortir bouquiner. L’architecte a aussi redessiné un bar pour répondre à la demande de convivialité. L’expérience ne s’arrête pas là. Un groupe d’adolescents testera par exemple le lieu avant son ouverture « pour vérifier qu’on n’est pas à côté ! ».
 

28 000
nantais ont été interrogés depuis 2004 par la mission évaluation de la Ville.
190
rencontres se sont déroulées en 2010-2012 dans le cadre des ateliers citoyens.

Sites de la communauté