En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Les grues de Nantes

Des grues s’activent toujours sur les quais de Cheviré et de Roche-Maurice. En amont, trois grues, aujourd’hui désarmées mais préservées, rappellent les anciennes activités portuaires et navales de la ville de Nantes.
Grue titan jaune et grise île de Nantes

 

La grue jaune

Avec près de 400 tonnes pour 34 mètres de haut et une puissance de levage de 80 tonnes, la « grue jaune » est un modèle Titan et mérite bien cette appellation ! De sa construction en 1954 jusqu’à la fermeture du site en 1987, les chantiers navals nantais l’utilisaient pour le levage des blocs de bateaux et le montage sur cale. Rachetée par la Ville de Nantes, la grue a subi un sérieux lifting en 1999. Sa couleur jaune vif retrouvée est devenue emblématique du renouveau de la Prairie-au-Duc. Comptant parmi les éléments-phares du réaménagement de l'île de Nantes, elle est saluée par le barrissement de l'éléphant des machines de l'île qui en fait son point de destination.

 

La grue grise

Dressée au confluent des bras de la Loire, la « grue grise » a été acquise en 1966 par le Port autonome pour les opérations de déchargement des navires. Le transfert des activités portuaires en aval a pourtant failli signer la mort de cet autre modèle Titan, conçu par la société nantaise Joseph Paris. Destinée initialement à être ferraillée, la grue grise est sauvée par des habitants et rachetée par la Ville de Nantes au port autonome en avril 2005 pour 1 € symbolique. Classée à l’inventaire des monuments historiques en 2005, elle fait l’objet de travaux de restauration en 2006.

 

La grue noire

13 tonnes, qui dit mieux ? C’est le poids que pouvait soulever cette grue au curieux portique dissymétrique. Témoin de l’activité des chantiers navals Dubigeon, dans le Bas-Chantenay, elle servait à armer les bateaux. Son histoire est des plus mouvementée. Édifiée en 1942-1943 par la société Joseph Paris, elle est sabotée par les Allemands en 1944, reconstruite peu après puis renversée par une tempête en 1948 ! Elle sera remontée en 1950 et restera active jusqu’en 1967, date de la désaffection des chantiers. En très mauvais état, la « grue noire » a été acquise en 2012 par la Ville de Nantes, en vue de sa restauration et de sa préservation.

 

Sites de la communauté