En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

Le gâteau nantais

Tendre, parfumé et généreux, ce gâteau a tout pour plaire ! On le reconnaît à sa forme ronde nappée d’un glaçage blanc. Facile à préparer chez soi, cette spécialité nantaise est aussi proposée par de nombreux artisans locaux.

 

Les ingrédients

Si vous faites le gâteau pour des enfants, vous pourrez remplacer le rhum par du citron ou de la fleur d’oranger. Pour huit parts, il vous faudra :
•    200 g de sucre
•    150 g de beurre
•    60 g de farine
•    190 g de poudre d’amande
•    3 œufs
•    50 g de rhum (2/3 brun, 1/3 blanc)

 

La préparation

Etonnant mais vrai, le gâteau nantais sera meilleur préparé la veille pour le lendemain ! Recouvrez-le d’un film alimentaire après sa fabrication et éloignez les gourmands trop pressés.
1 - Mélanger le beurre et le sucre
2 - Le beurre blanchi, ajouter la farine et la poudre d’amandes
3 - Une fois le mélange bien homogène, verser les œufs un par un
4 - Ajouter le rhum
5 - Verser dans un moule de 26 cm beurré et fariné et cuire 30 minutes à 185°
6 - Attendre 30 minutes et recouvrir d’un glaçage, mélange tiédi de sucre glace et de rhum.

 

Un peu d’histoire

Inventé vers 1820 par un maître fouacier de la Cité des Ducs, le gâteau nantais est inscrit dans la tradition pâtissière de la ville. A l’époque, les quais de la Fosse ou l’Ile Feydeau accueillent les délices des Antilles : sucre de canne, rhum ambré, vanille bourbon. Ce dessert luxueux, servi par les maîtresses de maison à leurs invités, a fini par sombrer dans l’oubli avant d’être relancé par la biscuiterie LU de 1910 à 1972. Depuis, pâtissiers et cuisiniers nantais s’en inspirent pour l’adapter ou le servent dans sa version la plus classique. C’est une valeur sûre !
 

Sites de la communauté