En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

[Vidéo] Les vallées et jardins nantais reliés en une grande étoile verte

Envie de vous mettre au vert? D’ici quelques années, « l’étoile verte des vallées nantaises » connectera les grands parcs et espaces verts de Nantes pour offrir un réseau de 42 km de promenades urbaines le long de la Loire et des rivières. Un véritable marathon en pleine nature !

Vue du ciel, Nantes, avec son réseau de rivières et de parcs qui découpent les espaces urbains, ressemble à une grande étoile verte et bleu très graphique. Cette « étoile verte » va devenir réalité. La Ville a confié sa conception à un paysagiste français de renom, Gilles Clément, créateur du jardin planétaire de la Villette, du parc André-Citroën, ou encore des jardins du quai Branly à Paris.

« Ce projet, que nous avions annoncé en 2015, est inspiré du « Collier d’Emeraude » de Boston », explique Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole. L’idée est de mettre en réseau les coulées vertes qui courent le long de la Loire, de l’Erdre, du Cens, du Gesvres, de la Chézine et de la Sèvre avec les grands parcs et espaces verts nantais pour mailler la ville de promenades nature accessibles à pied ou en vélo depuis le centre-ville. « Les habitants aspirent à plus de vert et moins de minéral. Ces vallées sont des espaces de respiration pour les promeneurs, des échappées hors du milieu urbain à l’intérieur même de la métropole dont nous souhaitons faire profiter le plus grand nombre », souligne Johanna Rolland qui ambitionne de faire de Nantes «une ville dans un jardin ».

L’enjeu est à la fois de cultiver la douceur du cadre de vie nantais, préserver la biodiversité, lutter contre le réchauffement climatique en préservant ces puits de fraîcheur, mais aussi renforcer l’attractivité touristique de la métropole.

Une porte d’entrée pour chaque vallée

EtoileverteMosaiqueN18734.jpg

Après deux ans d’études et de diagnostic paysager réalisés par l’agence Campo avec le Service des espaces verts et de l’environnement (Seve) de la Ville, le plan-guide de ce projet a été dévoilé mardi 11 décembre 2018, avec les premières intentions d’aménagement. « Ce réseau de promenades convergeant en pleine ville est assez unique en France », observe Jacques Soignon, directeur du Seve. Unique, mais relativement confidentiel aujourd’hui. «En parcourant ces jardins, on se retrouve immergé dans la nature. On en oublierait presque la présence de la ville », note Gilles Clément. « Mais, hormis sur les bords de Loire, le relief et le tissu urbain ne permettent pas d’avoir un véritable aperçu de ces vallées, dont l’accès est souvent difficile à repérer».

L’enjeu de l’étoile verte et donc de révéler ce « paysage en creux » à travers une nouvelle signalétique, et la création de portes d’entrée depuis le coeur de ville, lieu de départ et de rencontre des différentes promenades. Ces « parvis » seront positionnés à la limite du centre piéton, au niveau de quai de la Fosse, du quai Ceineray, ou encore de l’écluse Saint-Félix. « Nous travaillons sur leur aménagement avec le Voyage à Nantes et l’agence TER chargée de la transformation des bords de Loire », précise Jacques Soignon. « Les promeneurs se concentrent aujourd’hui essentiellement sur les bords de l’Erdre. L’objectif est de diluer cette fréquentation le long des différentes branches de l’étoile verte en entraînant les visiteurs vers d’autres découvertes », précise Matthieu Picot, du groupement Campo.

Chaque circuit comptera plusieurs objectifs de balade : une « maison » aux fonctions pédagogiques installée dans un lieu emblématique (château de la Gaudinière, parc de la Morrinière, parc de Procé…), et un site d’attraction en fin de parcours comme la Chaussée des Moines à Vertou ou le futur Jardin extraordinaire à l'ouest de Nantes.

1 étoile, 5 branches, 42 km de promenades

EtoileverteCarte18734.jpg

Les paysagistes ont identifié 5 parcours de promenades, formant autant de branches de l’étoile verte. « Chacune est unique et offre un paysage singulier », souligne Gilles Clément. Lié aux grandes aventures maritimes, la Loire aval évoque les voyages. Plus en amont, le fleuve, avec sa largeur, ses boires et ses îles, est un paysage en mouvement. L’Erdre, quand à elle, avec ses affluents le Gesvres (marais) et le Cens (bocage), est un véritable lac, une « vallée miroir », terrain de jeu des canoës, des loutres et des poissons. La Chézine affiche une identité plus mosaïque, liée au mélange exotique des parcs, tandis que la Sèvre, baptisée « la vallée nourricière » par les paysagistes, se distingue par ses troupeaux de vaches nantaises et Higland Cattle réintroduits dans les prés humides précédant le vignoble nantais.

Premiers aménagements d'ici 2020

Les 5 branches de l’étoile verte se déploieront peu à peu dans les dix ans à venir, reliant les quartiers, les projets urbains et les équipements qui dessinent le paysage nantais de demain. Les premiers aménagements seront réalisés d’ici 2020, avec la création d’une première porte d’entrée. Une première branche de cette étoile verte existe déjà pour partie le long de l’Erdre, rappelle Jacques Soignon : « L’installation artistique Rêver l’Erdre, que les Nantais ont découvert en 2017, est une première ébauche des futurs parvis des vallées nantaises ». La promenade de Loire se dessine également au fil des projets entre la gare et le futur Jardin extraordinaire : végétalisation des abords de la Gare Nord, quais-jardins sur Feydeau-Commerce, transformation de la Petite-Hollande et du quai de la Fosse... Demain, ces nouveaux espaces seront le paradis des promeneurs pour traverser la ville, au vert !

« Ces vallées nantaises sont hors-norme », insiste Gilles Clément. « L’enjeu est de les révéler et de les rendre accessible, sans perdre la magie et le mystère qui les entourent. Parce qu’elles permettent de respirer et de s’évader, ces vallées doivent garder leur caractère naturel ».

Mis à jour le 12 décembre 2018