En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus et gérer ces paramètres

ACTUALITÉS

« 16 h, après la classe » : on en discute jusqu’en juin

soirée clôture conférence "Réussite éducative" au Salon Mauduit. Avec Myriam Naël

Le 5 février, la 6e conférence de la réussite éducative a rassemblé tous les acteurs du projet éducatif de territoire « Bien grandir à Nantes ». Jusqu’en juin, la Ville propose une démarche de dialogue, « 16h après la classe », pour faire le point sur l’offre existante et les attentes en terme d’aide aux devoirs, de loisirs et de découvertes. La collectivité apportera une réponse à cet avis citoyen à l’automne.

A Nantes, de multiples acteurs s’activent auprès des enfants et des jeunes après la classe : animateurs périscolaires, clubs sportifs, associations... Trois d’entre eux témoignaient ce mardi 5 février à la 6e conférence de la réussite éducative, qui a réuni près de 200 participants dans le salon Mauduit. Alberto Macomba, directeur sportif à l’Académie nantaise de football, accompagne des adolescents en décrochage scolaire : « On leur propose 3/4 d’heure d’aide aux devoirs puis 3/4 d’heure de foot. On travaille avec des vidéos de Fred et Jammy et ça marche ! C’est notre deuxième saison et on pense à élargir l’offre aux plus jeunes ». Avec son association P’tit spectateur et Cie, Manon Pasquier ouvre le regard des enfants sur l’art et la culture : « Nous accompagnons par exemple des enfants repérés par les enseignants qui ont besoin de reprendre confiance en eux. C’est plus facile sur un temps et dans un lieu qui n’est pas l’école et c’est un vrai tremplin ensuite vers la culture ». De leur côté, les parents d’élèves de l’Amicale laïque inter-écoles (ALIE) organisent chaque année un grand carnaval sur le quartier Bellevue-Chantenay-Sainte-Anne. « On s’appuie sur les associations du quartier, le périscolaire fait un concours d’affiches. Et les enfants se créent des souvenirs communs » soulignent Cyril Ranat et Aurélie Bonnaire.

« Bien grandir à Nantes » fédère les acteurs du territoire

« La mission d’une ville comme la nôtre, c’est d’accompagner la scolarité des enfants et de tout faire pour favoriser leur émancipation et réduire les inégalités », souligne Myriam Naël, adjointe à l’éducation. Des inégalités qui perdurent selon Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités : « Notre système scolaire reste taillé sur mesure pour les enfants des catégories sociales les plus favorisées avec une entrée précoce dans la lecture et l’écriture, une place des savoirs théoriques et du diplôme importantes. » D’où l’intérêt pour la Ville de Nantes de coordonner un projet éducatif de territoire « Bien grandir à Nantes ». Il fédère le milieu enseignant, les animateurs périscolaires et un tissu associatif qui propose de multiples activités après la classe. L’enjeu : favoriser la réussite éducative de tous les enfants et réduire les inégalités sociales et territoriales.

« 16 heures après la classe » : le dialogue est ouvert jusqu’en juin

Pour améliorer encore l’offre, l’articulation entre les acteurs et la participation des familles, la Ville ouvre un temps de dialogue citoyen, intitulé « 16h après la classe ». « Nous allons faire le point sur l’offre existante en terme d’aide aux devoirs, de loisirs et de découvertes. Mais aussi repérer les attentes des familles, des enfants, ce qui doit évoluer » indique Myriam Naël. Pour ça, 4 réunions publiques se tiendront du 25 mars au 2 avril au plus près des familles et associations. Le bureau d’étude RADAR ira aussi au devant des enfants, devant les écoles, dans les associations pour recueillir leurs points de vue. En juin, un avis citoyen collectif sera remis aux élus. Lesquels apporterons une réponse à l’automne.

 

Pratique :

  • Pour participer à l’atelier citoyen, envoyez votre demande à mission-projeteducatif@mairie-nantes.fr. 4 réunions publiques se tiendront également sur les 4 territoires éducatifs de la ville de Nantes : le 25 mars pour le sud, le 26 mars pour l’ouest, le 28 mars sur le nord et enfin le 2 avril à l’est.
Mis à jour le 8 février 2019